Entrez dans un univers unique !
 
AccueilFAQRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexionPartenaires RpgTigre de Magie

Partagez | 
 

 Céleste Monture Qu'est le Tigre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Mer 19 Nov - 23:08

Au loin je regarde ses êtres répugnants qui tentent d'obtenir une pierre précieuse..Quel est son nom déjà? L'Okin, est-ce cela? Pour chercher un tel objet alors que le posséder donnerait du pouvoir au Tigre?

Le Souverain avait quitté les murs de son Fort. Il parcourait ses Terres. Au loin, il pouvait voir l'activité de la conquête de l'Okin. Il esquissa une moue sur son visage, puis jeta un coup d'oeil vers la Bête. Oliatram était attaché à l'aide d'une chaîne, elle-même relié au Roi. Il suivait, sans mot. Chaque mouvement ou réaction était accompagné d'un mouvement de queue. Loin du Tigre, Ferraa restait prêt des fortifications. Oliatram, lui, tentait d'écorcher sa muselière sur le sol, mais sans succès.

C'est dans ses moment que le Souverain voudrait dignement monter sur le tigre et se laisser porter par le mouvement de la bête. Mais celle-ci restait froide comme un étranger devant lui, et en aucun cas, accepter de porter le poids de l'Homme habillé de multiples objets de métaux. Ainsi, jamais il ne tentait d'établir quelconque liens, ou d'acquérir la sympathie du Félin.
Même dans un grand respect pour lui, Ferraa ne faisait que contrôler la bête dans une atmosphère bien peu détendue.

Ses temps si, il avait entendu parlé de traîtres et de délateurs. Mais surtout, ses pensées était tourné vers cette royauté d'hommes. Et ce Prince, dont on ne connaissait trop rien. La Reine devait devenir de plus en plus vieille, non? Qui prendrait le pouvoir ensuite? Le Prince.

Il avait infiltré le royaume des hommes, il avait envoyé des elfes porter des Présents ''empoisonnés'', mais jamais de nouvelles en retour. Où était cette bête humaine?

Oliatram se lève. Il a vu quelques chose, ou plutôt sentis. Sa queue flotte dans le vent tel un drapeau.

-Quel est la raison de votre excitation, Tigre?


Jamais il n'appelait la bête par son prénom. Le Roi semblait parler pour lui même, sachant que le Félin ne répondrait pas.

«Si tu te grouillait de me trouver l'Okin, je pourrais te répondre, Idiot..»

Oliatram détestait que l'homme parla ainsi. Frustration? Totalement. Frustré de ne pouvoir rien faire. Il passait toute sa rage en lui même, et grinçant ses dents dans cette cage de cuire qui lui entourait la gueule.
Revenir en haut Aller en bas
Pez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2546
Date d'inscription : 23/02/2006

Feuille de personnage
~ Parchemin ~:
Puissance:
20/350  (20/350)
Niveau du tigre:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Mer 19 Nov - 23:47

A pas lents, Aps laissait derrière lui l'imposant bâtiment. Il était fatigué, Kasen aussi, et leur mémoire était trouble. Pour tout dire, ils ne se souvenaient absolument pas de ce qui s'était passé ces jours derniers. Mais cela leur reviendrait. Pour l'instant, seule une chose comptait: ils avaient l'Okin.
Le précieux objet.
C'était Aps qui le tenait, dans sa main, tandis qu'il avançaient, côte à côte cette fois. Pourtant, aucun mensonge dans leur relation. Kasen avait-il réfléchi ? Peut-être. Mais toujours est-il qu'il voulait tuer l'âme du Prince, et cela sans hésitation aucune.
Aps, lui, voulait pouvoir lui parler. Comprendre cet être au penchant maléfique ne serait-il pas une porte ouverte vers la compréhension des Sombres et de leurs motivations ? Et puis aussi, il voulait découvrir ce qu'avait vécu le Tigre, ce qui faisait de lui ce qu'il était actuellement.
Il voulait savoir. Son cœur battait. Car il n'ignorait pas que, peut-être, ce soir il serait Mort. Mais il avançait dignement.
Bientôt, ils attendraient l'unique arbre de la Cité, un sapin immense à la couleur de cramé qui perce le ciel. Les bâtiments sont sales, tassés les uns contre les autres, et partout autour d'eux des gens circulent à pied ou à cheval, tous pressés, tous impeccables.
Pas un seul enfant dans ces rues bruyantes.
*

Enfin, je vois l'arbre, avec à son pied cette fontaine aux sculptures ridicules. Ici, tout est pompeux. J'aime ce lieu, mais je hais ceux qui l'ont construit. En fait, peut-être que j'exècre aussi ce Fort ?
Je dois l'admettre, je suis impatient, et excité. Je fait à peine attention à ce qui nous entoure. Devant moi, le gamin s'est assit sur le rebord de la fontaine... si je ne savais pas que c'était lui, je ne le reconnaitrais pas, sous cette cape et cette large capuche noires.
Pas de vent, pas de nuage, mais pas de soleil. il ne fait ni froid ni chaud, je ne saurais même pas dire si c'est l'après-midi ou la matinée. Le gamin tend la main vers moi. Je pose ma patte dessus, l'Okin entre nos deux peau.
C'est la première fois que je touche le gamin sans le blesser. Quel crétin ! Dire que je ...
*

Un intense crépitement fit grésiller les deux esprits, tandis que leur corps s'immobilisait, raides comme la pierre. Le temps est figé.
Il fait noir, un noir à couper au couteau.
Je vois l'âme de Kasen, juste devant moi. Elle est énorme, difforme et colorée, et s'étend pour prendre tout l'espace. Elle gonfle jusqu'à moi, je me sens si petit ! Soudain, une sorte de vent. Moi aussi, je bouge. Je me tend en avant, je frôle l'esprit du Tigre, désormais. Doucement, nous nous mélangeons, tels deux souffles nocturnes.
Ça me brûle à crever.
*

Oh ! J'ai si mal !
C'est donc ça, l'Okin ? Et le gamin, il est où ?
Comment n'ai-je pas pu penser qu'en terres sombres, on eu put truquer notre Okin pour assassiner discrètement le Prince ?!
Pourtant, quelque chose me dit que ce n'est pas cela. J'ai l'impression de me battre, de griffer son esprit en permanence.
Tout doucement, je monte mes murailles, je me ferme à lui, lui cette Bête enragée !
C'est lui l'humain, où le bâtard qu'importe, mais c'est aussi lui la bête.
J'espère que je lui fais plus de mal qu'il ne m'en fait.
*

Les deux ombres immobiles près de la fontaine vacillèrent un peu, invisibles parmi les passants qui abreuvaient leur chevaux. Un corbeau passa au dessus de leur tête. Le temps reprenait son cours.
*

Le Prince tourna la tête vers le Tigre, puis il se laissa tomber à genoux. De ses deux bras, il enserra son cou comme jamais il ne l'avait fait.
*Ka... asen*
*Ksen...*
*Kasen ?*
*Je t'entends, crétin. Oh, je t'entends trop bien. Alors maintenant, tu vas me lâcher, tout de suite. Tu recules, et tu ranges tes mains là où tu trouves de la place.*

Le Prince vacille, et serre le Tigre plus fort encore. Ce n'est pas volontaire, il a les jambes en coton, il ne peux plus se lever. Alors le Tigre recule d'un coup, il tombe mains en avant. Il lui faut quelques secondes pour se relever.
Il a encore envie de parler au Tigre, mais il a toujours du mal. Pourquoi Kasen y parvient-il si bien, lui ?

Et puis, il y a autre chose. Il sent que le Tigre du Nord a une sorte d'emprise sur lui. Il ressent une ombre sur son cœur, comme s'il était oppressé.
Bien à l'abri dans sa poche, l'Okin scintille. Il est à peine ouvert, tel un œuf en éclosion...
Un œuf qui chante: Vous n'avez encore rien vu...
*

Je regarde tout autour de moi. Curieuse sensation que de voir plus loin.
Là, parmi la foule, un tigre couleur de braise mourante. Il est difforme, ça me dégoûte. Son "maître" le tient en laisse. Il est richement habillé.
J'ai vraiment besoin de me défouler, maintenant. De tuer.
*Aps. Viens par là, suis-moi.*
Le gamin s'exécute. Je lui poserais quelques questions plus tard.
*

Le Tigre Roux avance d'un bon pas parmi les gens, puis, soudain, il sort de la mêlée. Il sort et s'avance, Digne et Libre, en direction de l'enchaîné et de son bourreau.

_________________
~ Pez ; admin et créateur du site ~

500 Wallas ~ Manie la rapière ~ En savoir plus ?
Aps & Kasen

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Jeu 20 Nov - 0:36

Étrange comme on peu se sentir seul dans une foule. Car parmi ses gens pressés, je n'obtiendrai aucun regard d'eux. Même pas une attention, car tous marche à au moins un mètre loin de moi. Ils me craignent comme la peste, peut-être pour le désordre qui, lentement, s'installe. Chaque malheur semble être ma faute, apparemment. Vous êtes incapable de faire naître un enfant? Si vous pensez que j'en suis plus capable..

En effet, tout le monde évitais de croiser le regard de celui qui règne sur leur terre. Seul quelques personnes se courbaient devant l'homme.
Oliatram grogne entre ses dents serrés.
Car devant lui, il voit la bête qui s'avance; dans ses yeux, il pourrait transpercer son âme et voir à quelle point elle est laide en elle, malgré son apparence normale. Lui aussi s'avance vers le Félin. Un Félin de Prince.

J'essaie d'arrêter le Tigre en retenant la laisse. Mais lui décide qu'il continue. Et qu'il ne s'arrêtera point tant qu'il aura l'autre Félin dans sa mire. Mais je n'ai pas envie de combattre, enfin pas maintenant. Pas tout de suite.

Le Tigre enchaîné connaissait mieux son Maître qu'il en laissait paraître..D'un mouvement de tête, il pointa se qu'il pensait avoir vu. Se qui allait déchaîner la frustration de son maître, probablement..
S'était le Garçon, qu'il visait.
Ses traits qui étaient à mis chemin de tout.
Oliatram se retourne. Oui, Ferraa l'a vu.
Il a les yeux qui tirent des haches.

La bête...Non, je parle de l'Humanoïde. Longtemps que j'avais pas vu une telle offense sur mes terres, hein? Car devant lui semble être son propre tigre, qui lui est aussi impur pour rester avec une telle Charogne. Est-ce un Homme? Est-ce un Elfe?
...Est-ce un Hybride?


L'homme avance vers Son Félin. Céleste Monture Qu'est Son Tigre. Et d'une main, il détache la muselière et la jette au sol. Le geste sert d'abord d'avertissement aux Intrus. Le Roi reste calme, mais bouillonne en lui même.
Oliatram, lui, semble sourire. Il veut entendre se que le tigre qui avance a à dire. La raison de son alliance avec l'autre ''Chose'' presqu'humaine.

Par provocation peut-être?

-Eh bien. Un Tigre Impur. J'espère que tu profites de ta parfaite apparence mon Cher.


Il dirigeait ses paroles directement au Tigre du Nord. Son ton de voix semblait contenir arrière gout -Amer, peut-être?-. Les mots pouvaient très bien avoir un double sens..Il agitait sa queue, la mettant bien en évidence. Il était Fier. «Je suis Fier.»

Est-ce que les Tigres peuvent communiquer entre eux? À en voir Atram et l'autre Bête -je parle du tigre, cette fois- je dirais que Oui.

Le Roi n'a pas lâché le Blondinet des yeux. Il sourit. Un charmant sourire qu'il fait à l'intention du jeune homme. Que peut-il bien penser en se moment pour sourire ainsi?

Je fantasme déjà d'avoir sa tête accroché au dessus de mon lit. Pour qu'ainsi je puisse le voir avant de m'endormir chaque soir. Et ce soir, jeune homme, je m'abreuverai de ton sang.

Des yeux jaunes dirigés directement vers vous, l'effet peut être terrifiant, n'est-ce pas?

Allons, ayons un peu de plaisir. Ne lui révélons pas tout de suite mon identité.

De plus en plus, Oliatram s'avance vers l'autre Bête. Et plus il s'approche, plus il le sent.. L'objet tant désiré, oui, il sent son aura puissante, il sent cette..

Emprise?
Emprise sur le Garçon?
Revenir en haut Aller en bas
Pez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2546
Date d'inscription : 23/02/2006

Feuille de personnage
~ Parchemin ~:
Puissance:
20/350  (20/350)
Niveau du tigre:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Jeu 20 Nov - 18:11

Si avoir près de soi un Tigre libre de ses mouvements n'était pas une menace, libérer un Tigre face à quelqu'un d'autre en était une.
Aps avait suivit Kasen, peut-être parce qu'il n'avait pas la volonté de fuir, ou sous le choc, pour demeurer près du Tigre. Ou encore pour le surveiller.
Car il était clair pour lui que Kasen désirait tuer. Et il le vit s'arrêter à peine deux mètres devant le Tigre difforme, lui souffler son haleine chaude dans le museau à travers l'air froid.
Aussi, il s'immobilisa à son tour, quelques pas derrière. Désormais, il voulait retourner au Palais. Il savait que si Kasen daignait l'écouter, il serait fort. Déjà, il était loin d'être faible, mais cela ne suffisait pas.
Il savait encore qu'il devrait vaincre les sbires d'un Roi cruel et conquérant qui ne reculait devant rien.

Cet homme que Kasen reluque avec une hargne amusée, c'est sûrement un noble. Un grand noble de la cour, même, avec ses manières mesurées et hautaines.
Mais si c'est un noble, pourquoi n'est-il pas suivit de tous ses courtisans ? Ces coqs de basse-cour ne se permettaient pas de se faire mal voir...
A moins que ce ne fut le roi lui-même, le plus haut-placé, le seul qui eut pu se permettre le caprice de faire comme bon lui semble. Pensée amusante, mais cela était bien improbable.
Pourquoi lui en voulait-il ? A moins qu'il ne cherchât "simplement" à défouler ou entrainer son Tigre sur celui d'un étranger ? Ou pire... qu'il l'ait reconnu, lui ?
*

Je me suis avancé vers cette bête, je sens son odeur, qui n'a rien de celle d'un tigre. Son visage est inexpressif, ses oreilles ? immobiles. On dirait une statue. Quoique... les poils qui sont au-dessus de ses yeux bougent, un peu. Comme s'il croyait avoir des sourcils. J'ai envie de lui faire remarquer qu'il n'est pas un homme, mais je me retiens encore.
Il a l'odeur des buffets comme l'on en trouve que chez le roi.

-Eh bien. Un Tigre Impur. J'espère que tu profites de ta parfaite apparence mon Cher.

Je marque clairement mon dédain en demeurant silencieux quelques secondes, puis je crache:

- Crrrétin. Qu'importe mon apparence, si j'étais laid comme toi cela ne changerait rien. Là où ça fait mal, ce n'est pas la surface, ce n'est pas ce qu'on voit. C'est le fait que ce soit une empreinte que les bipèdes ont laissée sur toi ! Car c'est le cas, n'est-ce pas ? Ça se sent à deux mètres... ton odeur d'humain...

Il m'énerve, mais je me contiens à la perfection. Je me demande s'il m'envie. Moi, les Sombres m'ont fait souffrir, mais pas de la même façon. Pas d'une manière aussi sale.

- Tu te plains donc de ton apparence ? Mais alors, pourquoi ne changes-tu pas les choses, pourquoi ne pars-tu pas, maintenant ? Ne me dis pas que c'est pour une poignée d'abats quotidien que tu demeures ainsi asservi...


Je ricane. Je suis cruel, et je le sais. Je n'ai pas réussi à faire plier mon Prince aussi bien que je l'aurais voulu. Alors, impitoyable, j'ajoute:

- Moi, je suis Maître. Je gouverne le Prince des Hommes, et c'est pour cela que je tolère qu'il me suive. Je ne rampe pas à ses cotés, comme tu le fais ! Bientôt, je tirerai les ficelles du Monde ! Et je les tuerais, tous, toux ceux qui nous ont fait souffrir ! Toi comme moi... tu vois, tu y as ton intérêt.


Est-ce pour ne pas penser dans la tête du gamin que je parle comme un moulin à eau qui se vide ?
Le gamin... Je sens son aura juste à coté de moi, c'est bizarre. N'était-il pas resté en retrait ?
*

Le poing maigre du Prince se serra.
Il était un crétin.
Et Kasen en était bien conscient.
Seulement voila, le Tigre l'avait tout de même sous-estimé, trop pressé qu'il était de se hisser au-dessus de tous. Pas vraiment de surprise dans ce qu'avait dit le Félin, juste des réalités violentes, qui l'avaient giflé de plein fouet.
Il était temps qu'il reprenne la maîtrise des évènements.
Kasen ?
Je suis là.
Et, tu ne le sais pas, mais je ressens ta haine comme si elle était la mienne. Je ressens ce sentiment si inhabituel pour moi que j'en ai envie de vomir.

Aps dégaina sa rapière dans un glissement métallique. Comme s'il avait oublié le Noble et son Tigre. Il n'en était rien: ce sourire de l'Elfe le hantait, il ne le comprenait pas.
De son poing gauche, il frappa le flanc de Kasen de toutes ses forces. La rapière décrivit dans l'air un gracieux arabesque, menée de main de maître.
Les poils, tranchés, giclèrent.

En réalité, le Prince était loin d'être idiot, mais le Tigre était parvenu à le lui faire croire à la perfection. Toutes ces semaines durant, c'était ce à quoi il s'était attelé. Le forcer à marcher derrière, le traiter avec condescende, lui faire croire qu'il l'estimait, même un tout petit peu... Tout cela avait concouru à faire perdre pied à cette créature trop gentille.
*

Je l'avoue, je suis saisi. Je n'aurais jamais cru ça de ce gamin médiocre. Sa lame est passée un millimètre au-dessus de la chair de mes oreilles, tranchant ma fourrure. Il a commis là une erreur, et je vais le lui faire comprendre.
D'un coup, je libère ma haine, et tandis que je saute sur lui. Je vois ses yeux qui brillent de colère.

Son épée attaque la chair de mon cou, puis celle de mon dos, de ma cuisse. Mais, moi, je virevolte autour de lui, et chacun de mes passages fait gicler son sang. Je n'aurais même pas besoin d'utiliser la Magie.

Viens, viens tigre Mutilé ! Si tu aimes ton bourreau de maître, tue-moi maintenant pour le sauver, car ce n'est pas le gamin qui le tuera, mais bien moi ! Sauve donc ce gamin faiblard si tu Aimes les Hommes !

*

La surface de l'Okin est désormais fissurée de par en par. Les sentiments du Tigre affluent vers l'humain. Qu'a-t-il bien pu se passer ?
Normalement, il ne s'agit que d'un échange de paroles. Chacun fait confiance à l'autre. Et Aps a fait confiance au Tigre, pas beaucoup mais déjà trop, tandis que lui montait ses murailles.
Plus moyen de revenir en arrière, maintenant il est à la merci des sentiments du Félin. Il est subjugué d'une haine incontrôlable qu'il ne peut pas gérer.
Tout ce qu'il voit, c'est la mort du Tigre.
L'Okin chante.

_________________
~ Pez ; admin et créateur du site ~

500 Wallas ~ Manie la rapière ~ En savoir plus ?
Aps & Kasen

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Jeu 20 Nov - 20:04

-Crrrétin. Qu'importe mon apparence, si j'étais laid comme toi cela ne changerait rien. Là où ça fait mal, ce n'est pas la surface, ce n'est pas ce qu'on voit. C'est le fait que ce soit une empreinte que les bipèdes ont laissée sur toi ! Car c'est le cas, n'est-ce pas ? Ça se sent à deux mètres... ton odeur d'humain...

Il parle beaucoup, mais dit-il vraiment quelques chose? Oliatram regarde le tigre se débattre en parole. Et pourtant, il n'avait prononcé que quelques mots. Il semble que les mots sont très efficace sur la bête écervelée. Il pourrait le tuer de ses griffes, la folie engorgerais encore plus ses yeux de sang.

- Tu te plains donc de ton apparence ? Mais alors, pourquoi ne changes-tu pas les choses, pourquoi ne pars-tu pas, maintenant ? Ne me dis pas que c'est pour une poignée d'abats quotidien que tu demeures ainsi asservi...

«Oui, parle tigre, perd ton temps à essayer de me déstabiliser, pendant que ton jeune maître, derrière toi, s'avance, arme à la main. Parle et perd ton existence à pourrir à l'intérieur de toi même, car je préfère de loin être un être ignoble avec une âme qu'une carcasse vide comme tu es.»
Les yeux fixes du tigre semblaient être éternellement pensifs. Un combat de regard, presque, alors que l'être difforme s'était assis pour écouter le monologue du Tigre.

- Moi, je suis Maître. Je gouverne le Prince des Hommes, et c'est pour cela que je tolère qu'il me suive. Je ne rampe pas à ses cotés, comme tu le fais ! Bientôt, je tirerai les ficelles du Monde ! Et je les tuerais, tous, toux ceux qui nous ont fait souffrir ! Toi comme moi... tu vois, tu y as ton intérêt.

Voilà quelque chose d'intéressant..Que dit-il, le Tigre? Prince des hommes? Oooh..
Oliatram avait ouvert la gueule. Entre ses dents, la salive dégoulinait tranquillement. Comme une démence qui coulait le long de sa gueule. Il était heureux. Une joie presque insoutenable. Heureux pour le spectacle qui allait occasionner devant ses yeux quand son maître apprendra la Nouvelle..Comment lui dire? Il ne put retenir un long et faible feulement. Un cri de joie? Ah, non, loin de cela.
Car le jeune garçon, qui, rapidement, s'était approché de son tigre, avait frappé. Coupé une petite touffe de sa divine fourrure nordique.
Et Ferraa dans tout ça? Lui qui délirait lentement en lui-même, avait-il vu l'Hybride foncer, rapidement, sur sa propre bête?
Et que fusse sa réaction quand il vit la bête réprimander son Maître d'une attaque féline. Façon de dire ''Si tu peux donner, tu peux recevoir''. Mais l'homme ne levait même pas un sourcils. Il restait là, prêt de son tigre, qui lui, avait frotté sa tête contre sa jambe.
«Question de m'approprier un peu de sa royale odeur».

Étrange est la relation entre ses deux bêtes -l'hybride et le tigre-. Autour de nous, les gens forment un cercle. Ils restent loin de nous quatres. Mais ils regardent, et hormis les sons de cette querelle, la ville est silencieuse. Encore plus qu'elle ne l'est habituellement. Qu'attendent-ils de moi, que je règle se problème félins?...Ou le problème Hybride? Je vois Oliatram qui me lance un de ses regards. Je sais qu'il a pris compte de quelques chose. Bon, aller. Peut-être devrais-je intervenir.

-Je suis..

Finalement..Il saura qui je suis plus tard. J'ai envie de lancer ma bête contre ces deux là. Et je les enverrais dans mes cachots, ensuite...Tiens, il a quelques d'étrangement familier celui là. Je le reluque de haut en bas, Puis...

-Tigre. Je Garde le garçon.

Se fut le signe qu'Oliatram avait attendu. La chaine avait été lâchée, bien qu'elle pendait toujours à son coup. Atram s'était élancé vers l'autre Tigre. Celui qui avait osé l'insulter.
Le Tigre court comme un flèche, ses griffes marquant profondément le sol. Sa queue comme une flèche de feu dans l'air.
Seulement quelques mètres les séparaient. Et il saute. Et il vise, une ancienne cicatrice.
Mon Félin s'élance et Saute, puis, ses pattes sur son ventre et la tête étirée vers l'avant, il ouvre la gueule. Je peux voir ses crocs que, régulièrement, mes serviteurs aiguisent et taillent à la lime.

Le Tigre atterrit, tête devant, les crocs se plantant dans la chair du tigre déjà déchiré par l'arme du Garçon. Le gout de son sang inonde sa bouche. «Je suis dégouté. » Tigre, il avait demandé pourquoi restait-il auprès des humains? Pourquoi, hein? Pour ça. Pour cet adrénaline qui vous remplis le corps. Parce qu'il ne hait pas les humains. Parce qu'il ne hait pas les humanoïde. «Voilà la plus grande différence entre nous deux, tigre.» Il se dégoute de ses tigres qui n'ont rien vécu, qui n'ont rien à se reprocher et pourtant se plaignent et se disent souffrant. Ces tigres là ne mérite comme seul sort que de finir dans sa gueule. Mangé. Dévoré.

Je serais ridicule de participer à se combat. Ridicule combat. Un être si Digne que se garçon ne devrait pas se laisser dominer par un simple Tigre. Bien qu'il a attaqué le premier, et qu'il a déchiré le corps de sa bête, je sens que le Félin va gagner le combat.
Si je n'aide rien, biensûr.
Car évidemment, je tiens à se garçon.
Ne pensez point que j'y tiens de façon émotionnelle.


Ferraa avait planté sa hache sur le sol.
Il était temps, Après tout, si l'Hybride devait mourir là, il devrait au moins savoir à qui il avait affaire. Rien qu'un nom. Un tout petit.

-Ferraa Rant'Zhar.
Revenir en haut Aller en bas
Pez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2546
Date d'inscription : 23/02/2006

Feuille de personnage
~ Parchemin ~:
Puissance:
20/350  (20/350)
Niveau du tigre:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Sam 22 Nov - 1:18

Il ne sait pas ce que je ressens.
L'autre non plus, je suis seul, seul contre tous, sans aucun doute.
Pourtant, je veux leur faire prendre conscience que je vaux quelque chose, que je suis capable, et plus fort que quiconque.
Ce n'est pas que j'aie besoin de leur reconnaissance... mais alors qu'est-ce ?
***

Le Tigreau entendait un raclement répétitif contre la souche. Il se trouvait dedans, contre la fourrure chaude de sa mère dans ce froid brûlant. Et il avait un peu peur -un peu seulement, car elle était là, Elle, pour le protéger, il le savait. Il se terrait doucement contre elle, tandis que les raclements s'intensifiaient.
Un coup plus fort que les autres fit trembler tout l'abri, lui arrachant un gémissement. Si ses yeux étaient ouverts, il n'en demeurait pas moins petit, tout en tête et en pattes.
Sa mère ne prononça pas un mot, mais lui envoya un coup de langue sur le museau. Elle était inquiète et essayait de ne pas lui montrer, mais d'un coup celui lui apparut et le gifla avec force.
D'un coup, le petit ressentit combien il était vulnérable et se pissa dessus. Maintenant, il couinait de gêne.
Subitement, la Tigresse s'était relevée tant qu'elle pouvait dans cet abri étroit et sombre. Elle feula.
Elle était prête, c'était là un combat qu'elle devait mener, puisqu'on l'y forçait. Alors elle rampa jusqu'à l'ouverture et sortit, laissant seul son unique petit.
Mère...
Le silence retomba dans la souche plus glaciale que jamais, puis le temps s'allongea.
La journée se termina, et l'aube nouvelle se leva probablement, mais, lui, demeurait tétanisé, yeux grands ouverts dans le noir. Complètement immobile et rongé par une peur viscérale.
Mère, où es-tu ?
Une main gantée de vieux cuir s'enfonça dans le noir, et se mit en quête de quelque chose. Un frisson parcourut l'échine du Tigreau tandis que ses poils se hérissaient; il feula. Sans hésitation, la main fondit sur lui comme l'aigle sur sa proie, mais il se rétracta d'un coup dans le fond, avant de la contourner en rampant. A l'autre extrémité du grand tronc centenaire se trouvait une petit fente qu'il connaissait bien et par laquelle il n'eut aucun mal à sortir.
Mère ?... Les larmes de peur et d'incertitude cédaient place à quelque chose de pire encore.
Le Tigreau mit patte à neige, dans laquelle il s'enfonça un peu, il contourna la souche. La première chose qu'il vit fut un étrange bipède noir collé à l'entrée de sa maison. Puis il tourna sa tête vacillante et vit une large tache rouge dans la neige. Qu'était-ce ? Du sang ? A manger ?
Une sorte de joie réchauffa son cœur. Sa mère était donc partie chercher à manger !
D'un coup, la main s'abattit sur son dos et pinça largement sa peau en le soulevant. Il donna de petits coups de pattes avant dans le vide, avant de se mettre à pédaler frénétiquement des pattes arrières. Sa gueule ouverte qui lui donnait un air ébahi laissait voir de petits crocs de lait.
Le bipède s'avança vers la tache écarlate, et, de haut, le Tigreau vit une forme inconnue.
L'homme fourra violemment le nez de sa prise dans la fourrure raide, lui écrasa le museau contre la carcasse froide.
Que songea-il, alors ?
Seul lui pourrait le dire - s'il s'en souvient.
Toujours est-il que c'est à cet instant précis que son cœur et son esprit se fêlèrent, et qu'il allait lui falloir des années pour espérer réparer les dégâts... Ce qui ne fut pas le cas, le sort, taquin, ayant décidé d'aggraver petit à petit sa situation.
Le Tigreau devint Tigre, entamant sa phase de Déclin avec fougue.
***

Je m'amuse, avec Aps. Je sais qu'il sait que j'ai gagné, et il sait que je sais qu'il sait. En somme, il n'est pas dupe de sa défaite, et moi je me réjouis de faire rentrer dans son petit crâne exiguë une bonne leçon.
Et qu'importe tous ces crétins qui nous entourent - qui m'entourent, en fait, car le gamin n'est pas une exception.
Plus je le taquine, lui qui est si sérieux, plus son attitude me gêne. Va-t-il m'obliger à l'assommer ? Déjà, je ne pense plus à le tuer. Il serait trop bête de cesser mon élévation si près du but. En fait, je n'ai jamais voulu sa mort une seule seconde, non ?
Derrière moi, j'entends un bruit de chaîne. En une fraction de seconde, l'électricité gicle de mon corps et va rejoindre le poignet de mon Prince, qui lâche l'arme dans un cri de douleur.
Je vois ses yeux, qui ne reflètent ni peur ni surprise, non, il est juste furieux. Plein de colère et de haine envers ma personne. Cela devrait me faire du bien, mais non, ça m'incommode.

Lorsque je tourne la tête en arrière, je vois cette bête qui saute sur moi. Je n'ai que le temps de me jeter de coté, et je roule à terre dans la poussière. Mais il est accroché à mon dos, ses crocs y sont plantés.
Pourquoi suis-je aussi calme ? Je vais peut-être mourir ? Non, je ne le permettrait pas.
J'ai déjà goûté le sang des tigres, lors des combats. Mais chez cette bête, je sens une telle voracité.. comme un appétit. J'ai mangé des tigres, mes frères et mes sœurs, aussi. Toutefois, ce n'est pas la même chose.
Je sens qu'il ne fait pas cela car ça lui est nécessaire, mais pour vivre pleinement, pour ressentir. Je le comprends, mes griffes lacèrent son flanc, je sais que je suis un peu comme lui, tandis que mes crocs perforent sa peau.

Vois, frère, ce sont les hommes qui ont fait de toi ce que tu es, cette bête sanguinaire et à moitié humaine, ce sont eux qui t'ont avili et qui nous ont jeté l'un contre l'autre, frères de la même race.
Que tu es bas.
Je ne suis pas comme toi.
***

L'esprit du Prince était le théâtre d'un champ de bataille à l'enjeu formidable.
Partout, des troupes, des bâtisseurs mêlés de mages qui luttaient contre des nuées noires dans un indescriptible chaos, ils montaient des murailles, sans cesse elles étaient soufflées. Ces briques, c'était l'Okin fluctuant qui en permettait l'approvisionnement.
Il n'était pas encore ouvert, c'était là une dernière chance de tout reconstruire. Conséquence immédiate ? Un mal de crâne bourdonnant.

Vivement, il s'était penché pour reprendre son arme, tandis que ses esprits lui revenaient. Oh, Kasen... Tu me fais souffrir, et tu t'en fiches au plus haut point, n'est-ce pas ?
Mais nous avons deux points communs: ce que nous faisons, nous ne le faisons pas pour nous, et nous irons jusqu'au bout, fut-ce stupide.

Le Prince se rapproche du noble qui a lâché sa bête, tandis que les deux Tigres se roulent dans le sable, aux proies l'un à l'autre. Le combat est-il inégal ? Il s'interdit de regarder, ses yeux sont fixés sur cet être odieux.
Arrivé à quelques pas, il s'immobilise. Il voudrait lui dire qu'il viole là le Traité d'Alliance, mais l'autre le sait. Que lâcher une bête de combat mutilée est ignoble ? Il le sait aussi.
Et à coup sûr il n'ignore pas que je suis le Prince. Kasen, tu es mon arme, pour tu es défaillante, alors je suis à nu. Lui aussi ? Juste pour le moment.
Je ne dis rien, je le fixe. Cela vaut bien plus que des mots, Kasen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Sam 22 Nov - 3:23

Les deux bêtes de formaient qu'un. À les voir rouler ainsi, on aurait pu les comparer à des signes tel le Ying et le Yang. Pourtant, peut-on former un tel signe lorsque nous avons deux Yin? Deux Yin qui s'affrontent formant comme un parfait équilibre. Ou parfait Déséquilibre?
On avait arrêté de parler dans la ville. Tous yeux étaient tournés vers les deux bêtes.
«Tigre,
Je peut sentir la chaleur de ton lourd souffle sur moi. Un souffle remplis d'une haine que je crois aveugle, bien que tout prend son sens plus mes crocs transpercent ton corps. Est-ce que ta violence est aussi insensé que tu le montres?
Toi qui possède l'Okin, toi qui possède ton humain, où veut-tu vraiment en venir?
Tu voudrais certainement être seul au monde, dépourvu de ses bêtes à deux pattes. Et bien tu devras te faire à l'évidence qu'elles en ont quatre, tout comme nous. Qu'ils sont aussi égaux et dignes que nous.
Il seront indignes dans leur gestes et leurs pensées. Car tous naissent identiques, et certains, comme mon propre Maître, deviennent des Carcasses.
Je semble t'enlacer de mes pattes, alors que tout simplement, je vise ta nuque de mes petites griffes. Je semble t'embrasser, alors qu'en fait je mords ta chair de mes crocs Royales. Nous sommes si différent des humains.
Tu t'abaisse à leur niveau en t'engorgeant de leurs sentiments.
Tu partages la haine de l'homme. »

Chaque coup donné par Quacenne était redonné par Oliatram. Leurs fourrures rousses formaient un Feu, chaud et rouge comme il se doit d'être. Un feu brûlant.
Et pourtant, malgré les regards figé vers l'horrible combat, le véritable affrontement se passait entre les deux hommes. Un combat de regard, peut-être. Parce que le Prince avait tourné le sien vers le Noble.

Garçon. Tu poses tes yeux sur moi. Un regard que je dois préciser d'inconfortable. J'ai presque l'impression d'avoir gâché ta vie. Pourtant je n'y suis pour rien, N'est-ce pas? Tout cela est probablement de la faute de ton Idiote de mère. Et de ton absent de Père. Solide jeune homme que tu es, pourras-tu dominer les humains comme il se doit, où laisseras-tu le monde à ma merci, me le livrant d'une main molle sur un plateau d'argent?
Depuis près de 60 ans je gouverne et jamais je n'ai désiré une tête autant. La tienne.


L'Homme, lui aussi, s'était avancé. Ils étaient face à face, Ferraa dominant de sa grandeur physique. Tout deux étaient dépourvus de se qui leur servait de Gardes. Qui était vraiment le plus faible, dans se combat de Présence? Le jeune Prince à l'apparence frêle ou l'homme affaiblis par une haine le rendant aveugle, incapable de penser correctement? Maintenant que le Garçon était seul, il aurait put déterrer sa hache, et, rapidement, lui trancher la tête. Pourtant il n'en fut rien.
Doucement, ses yeux toujours profondément encrés dans ceux de l'Hybride, il leva sa main. Et tout aussi délicatement, il la pose sur l'épaule du jeune homme. Une main qu'il pose lourdement, éjectant un peu de poussière de la main salis par le manche de son arme.
Il aurait voulu lui dire tant de chose.
Il aurait voulu lui prendre la gorge et le jeter au sol. Mais il l'avait assez provoqué.

Je jette mes yeux dans les siens. Ma main est posé sur son épaule. Je sert ma main sur son corps, comme si j'essayais d'arracher un morceau de sa clavicule. Mais en fait je profite de se moment de contacte avec lui, se moment dégoutant où je touche à une Bête Hybride. Et qui est Prince, en plus. Car, bien que je ne le connaisse point, je ne crois pas qu'il veuille garder se contacte plus longtemps. À moins qu'il ne reste envouté devant ma Grandeur. Maintenant que tu es nu de tout tigre, je pourrais sauter sur toi. T'attraper et te garder, puis exiger la soumission des hommes pour qu'ils puissent te ravoir..Mais..

Il exprima ses pensées tout haut.

-Mais je doute qu'ils ne veuillent vraiment de toi.

Rapidement, l'homme avait lancé un regard vers son Tigre. Question de savoir s'il vivait toujours. Et reposa ses yeux vers le Prince.
Oliatram était toujours vif. Fort? Non, mais toujours debout. D'un coup de patte, il s'était distancé du Tigre. Juste de quelques mètres, cependant. Un sang épais dégoulinait sur le sol.
Il retourne sa tête vers son adversaire. Le combat, si il aurait été continué ainsi, aurait été inutile et fatal. Il préférait user d'un peu de technique. Malgré des membres frêles et blessés, Atram retournait proche du tigre. Il marquait un cercle autour de la bête, l'entourant comme une meute de loup, malgré sa solitude. Il le guettait, celui là, le provoquait, en tournant autour de lui.
Et pourtant. Toujours, il restait proche du Prince. Et parfois, même, il venait carrément s'y frotter.
«Allez, viens me chercher, Mon Frère Tigre...»
Revenir en haut Aller en bas
Pez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2546
Date d'inscription : 23/02/2006

Feuille de personnage
~ Parchemin ~:
Puissance:
20/350  (20/350)
Niveau du tigre:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Dim 23 Nov - 23:35

Nous roulons férocement dans la poussière. Dans chaque nouveau coup de griffe ou de croc, je sens davantage de violence que dans le précédent. Ce qu'il a ne lui suffit-il donc pas, pour en vouloir toujours davantage ? Me reproche-t-il quelque chose ? Mais quoi ?... Ce que je ressens, moi ? Ou ce que je suis ?
Je jubile intérieurement de me battre comme un adversaire digne de ma force, car sa force je ne l'ignore pas et la reconnait. Je suis heureux de le haïr. La haine... ce n'est pas un sentiment humain. Nous sommes aussi capable qu'eux de ressentir, naturellement, la haine, la colère, la vengeance mais aussi des sentiments futiles et niaiseux comme l'attachement ou l'amour. Mais toi, j'imagine que tu ne peux le savoir, que, comble du comble, tu ne connais les tigres tes Semblables qu'au travers des images que t'ont donné les hommes.
On dirait qu'ils créent là une nouvelle espèce, avec une culture propre. Des hybrides entre ce qu'ils sont, eux, et nous Nobles félins.
Je ne ménage pas mes coups, mais tu en fais de même, nous sommes francs dans notre étreinte.
Le sang s'écoule dans le sablier de nos vies, bientôt l'un des deux va s'arrêter.
Mais non, tu t'écartes d'un bond, et mes griffes qui lacèrent encore et encore ta fourrure rousse s'en détachent. Le sang noir qui se mêle à la poussière donne une pâte gluante dans laquelle je piétine. Je ne sais plus sur quelle patte avant me poser tant elles sont douloureuses, alors je piétine doucement, la fourrure poissée de rouge. J'ai la tête un peu penchée de coté, l'oreille droite déchiquetée. L'un des mes yeux est fermé, je ne sais même pas duquel il s'agit. Je le vois nettement, pourtant, cet hybride mutilé.
Diable !, pourquoi ne part-il pas ? Je ne parle pas de moi, mais pourquoi demeure-t-il auprès de cet être Sombre pourrissant ?
Parce qu'il est à moitié humain, et qu'il ne peut s'empêcher d'éprouver du respect pour ce qui est né d'une reine ? Tous ces titres... ils ne signifient rien...
Au fil de mes propres spéculations, il en viendrait presque à me faire pitié.
Croit-il vraiment que je vais céder à son jeu ? Il tourne, seul, et il semble même ressentir cette solitude car il revient auprès de son maître, esclave qu'il est. L'autre l'estime-t-il ? Je ne sais pas. Mais il le muselle, non ? A mes yeux, cela suffit pour que l'équité ne soit en rien respecté.
D'ailleurs, la vraie équité, c'est le Tigre au-dessus de l'Homme. Je dois reconnaître à ce dernier qu'il n'y a que lui pour dénaturer les êtres. C'est pour cela qu'il est inférieur à tous les autres.
Peut-être que cet hybride mutilé pense que l'homme n'est pas impur de naissance. Et il n'aurait pas tout à fait tort. Mais dès que l'homme peut marcher, ne fait-il pas souffrir pas mille morts à tout ce qui a pattes, nageoires ou ailes ? A tout ce qui est rayé, feule et pleure ?
Peut-être que tout ce qui est bipède n'est pas comme ça, peut-être pas les fées, les demi-anges, mais en tout cas c'est bel et bien le fait des hommes, des sombres. Et ça me suffit.
Je m'assois pour me lécher le dessus de la patte antérieure gauche, à laquelle j'ai une sale blessure. Ce faisant, je ne le quitte pas des yeux - de l'œil -, mon adversaire.
Que fait le gamin ? Il est aux cotés du souverain. Je me relève, et royalement je marche à mon but. A chaque pas, j'accélère, finalement je cours telle une flèche boiteuse quand je suis à son niveau. Que l'hybride essaie de m'arrêter, histoire de rire !
J'arrache de mes crocs la poche du pantalon du gamin, avec l'Okin dedans.
Et je file.
Débrouilles-toi, môme, où que tu ailles je te retrouverais d'ici quelques jours. Comme à chaque fois lorsque je me sens vraiment le besoin de faire une pause.
J'aurais aimé lui parler un peu plus, à ce tigre.

- Tigre.

C'est tout ce que je lui accorda, ce grondement rauque tandis que je m'engouffrais dans cette foule apeurée de ma seule vue.

***


Le Prince le fixait au-delà même de la prunelle de ses yeux, comme s'il tentait de gratter jusqu'à déterrer les pensées du Roi. C'était bien cela, il le fouillait, penchant légèrement la tête de coté, plongé dans une intense réflexion.
On ne savait jamais trop ce qu'il pensait, ce gosse, ses sentiments n'étaient pas aussi vifs ni violent que ceux de Kasen -on pouvait les qualifier de feutrés. Oui, c'était bien un gamin un peu effacé mais réfléchi, élevé comme un bâtard royal, caché, et non pas comme un prince de pure lignée, préparé à prendre la succession et les responsabilités qui incombaient, mais il était tout de même impressionnant de voire l'intensité avec laquelle son regard pouvait scruter.
Il ne regarda pas cette main qui se posait sur son épaule, mais qui eut aussi bien pu se poser sur sa gorge, ou sortir de sa manche un poignard et le lui planter dans le ventre. Cette poigne qui le serrait comme un étau, lui était-elle douloureuse ? Qu'importait

- Mais je doute qu'ils ne veuillent vraiment de toi.

Quelques mots pour exprimer le cheminement de pensées auquel, tous deux, ils étaient parvenus.

- En ce cas, enfermez-moi. Pourquoi ne le feriez-vous pas ?

Il y aurait bien eu des raisons, mais il y en avait d'autres, plus convaincantes encore, à ce qu'il le fisse, qu'il le jetât sans plus attendre au fin fond d'un cachot.

Mais si son peuple, le peuple des Hommes, ne s'accrochait que peu à lui, le bâtard, ce même peuple se rendait bien compte qu'il était infiltré. Il avait le couperet sous la gorge. Et, bientôt, il serait mûr au point de se raccrocher à ce qu'il avait, fut-ce un prince peu estimé. Tout pour ramener la paix. Tout vaut mieux que la guerre, ils le savent.
Et l'emprisonnement du Prince ne serait-il pas le meilleur moyen de tous les ressouder en un groupe uni et solidaire ? Un groupe qui voudrait chasser l'envahisseur, reformer les troupes et marcher vers la libération de son Souverain ?
Apez est prêt à mourir pour que cela arrive.
Mais il a tout a gagner, car même si l'autre refuse, il reprendra sa quête, et, petit à petit, gagnera de l'influence.

Tout en regardant le Roi, le Prince sourit.

Et Kasen ? Il ne partira pas, il en est sûr et certain. Il sent l'air froid qui mord sa peau éraflée à l'endroit où se trouvait l'Okin.
Il est tout ce qu'a le Tigre, à l'heure actuelle, quoi qu'ils en disent.

_________________
~ Pez ; admin et créateur du site ~

500 Wallas ~ Manie la rapière ~ En savoir plus ?
Aps & Kasen

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Mar 25 Nov - 4:04

«Je m'étais éloigné de toi mais j'avais gardé sur ton corps mes yeux comme une chaleur qui reste toujours vive. »

Le tigre qui était retourné près de son maître avait gardé son regard fixé sur son adversaire. De son œil borgne, il pouvait comme voir cette vengeance émaner de cet être en face de lui. Lui aussi, on dirait, allait perdre un œil, mais d'une manière différente. Jusqu'ici, tous avait ignoré ce globe oculaire taché de blanc. Après tout, plusieurs guerriers étaient dépourvu d'un œil, non? Même le Roi avait supposé qu'il s'était blessé lors d'une attaque féline -de la part de Doth, qui sais?-. La bête lève la tête vers le ciel qui commençait à être piqué d'étoiles. Il s'adressait à cette lune, aux habitants de sa face cachée.

«Cher Niflheim.
Mes souvenirs semblent confus. Certain détails manquent..Je ne comprend pas.. Je t'avais expliqué qui j'étais, tu t'en souviens? Peut-être mon conte n'étais pas tout à fait précis. Comme moi, des mains mon arrachés à ma mère -Quoique ma mère n'était pas aussi lâche que la tienne- Tu me crois aveugle de mon côté gauche. Pourtant, je voit tes énergies. Je te voit, toi qui te crois intensément pour un Homme. Que tu est sot. Tu es aveuglé par ses hommes qui te servent de figure paternelles. Peut-être ne suis-je pas mieux, au fond. J'aime ses êtres qui osaient nous toucher, un toucher qui est le seul contacte physique possible dans toute une vie. On confond, Nous avons confondu se contacte avec de l'affection, notre cœur est corrompu par la confusion que ces mêmes hommes nous ont apporté. Nous sommes conscient du mal qu'ils nous font, et conscient que leur amour pour nous est purement artificiel.
Artificiel, comme mon corps, comme le tiens. »

L'autre tigre, l'opposant, s'était élancé à la course vers son jeune maître. Pour donner un second assaut à se dernier? Non. Du bout des crocs, il avait arraché du jeune homme le précieux métaux tant recherché. Peut-être la raison de l'attaque d'Atram était à propos de se bijoux? Jalousie? Qui sais.

- Tigre.


L'Hybride Félin avait répondu d'un signe de tête. Simple. Salutations largement suffisantes, sachant qu'ils se reverraient. Qui es-tu, Toi, frère Royal?
Doucement et faiblement, le tigre viens se placer entre les pattes du Souverains. Étranges confrontations, entre ces deux être à l'apparence si différentes..Alors que leurs regards se croisent, Oliatram semble voir un seul être. Est-ce sa vision qui lui fait défaut, ou ces deux personnes avaient cette même manie de -trop- réfléchir et d'enfouir toutes pensées et d'en expulser seulement quelques bribes? Le souverain avait gardé sa main sur son épaule. Rapidement, il avait esquissé une moue enfantine sur son visage.

Je viens de me rendre compte de se que vraiment j'avais fait. J'avais touché cet être répugnant. Pourtant, je devrais enlever ma main de là, me sortir de cette inconfortable situation. Et qui fis-je? Rien. Je restait planter comme un bel arbre, comme ceux qui rarement décorent le Fort. En parlant de planté, c'est ainsi que je décrirais tes yeux. Creusé dans les miens, tu sembles tenter de pénétrer mon indestructible pensée. Jeune homme, je te détruirai avant que tu ne puisses faire quoi que se soit.

Il fixait toujours le Prince, et d'un mouvement lent, avait retiré sa main de l'épaule. Le jeune d'Iulan semblait lui avoir rendu son sourire; étrange à quel point celui-ci le troublait au plus profond de lui-même... un sourire qui pouvait bien cacher quelques chose, et s'était cet important détail qui énervait au plus au point l'elfe.

- En ce cas, enfermez-moi. Pourquoi ne le feriez-vous pas ?

Je dois avouer que le Prince a raison. Je doit avouer que je ne peut résister à la tentation de lui arracher la gorge, à la tentation de..

Ferraa continuait ainsi ses pensées tournés vers de morbides fantasmes. Lui aussi, il sourit. Sourire inquiétait que s'était, un sourire dentelé et des yeux emplis de déchéance. D'un simple signe de main, il avait soufflé quelques mots incompréhensibles. Rapidement, Oliatram s'était levé, et en boitant, il s'était retiré. Se qui suis s'était fait très rapidement; sa hache avait été lancée plus loin, plusieurs poignards cachés sur sa personnes avaient été débarrassé, jusqu'à conserver exactement le même nombre d'armes qu'il avait pu deviner du Prince.
Le Roi fit une légère courbure. Devant le Prince?

-Si vous survivez..Eh bien, vous ne mourrez pas. Cela vous semble logique?

Que sous-entendait-il là?
Peu de temps d'y penser, car le Roi s'était avancé. De son pantalon il avait tiré un poignards, des plus riches, évidemment. Sa beauté équivalait probablement la lourdeur de l'objet, encombrés de métaux précieux. L'arme était dentelée à la façon d'une mâchoire féline, si j'ose dire.
Étais-ce la seule arme qu'il possédait? Car s'il devait l'échapper, d'autres abondaient le sol. Et sa Bête Hybride, qui était en sois une arme, était prête à bondir.
Est-ce que le Roi avait assez d'honneur pour ne pas tricher?

Eh oui, je m'avance vers lui, lui volant un peu de son espace. Puis, d'un pas, je recule, comme un élans. Si il survit, le Gamin, il gagnera une tranche de mon estime, mais surement pas la liberté. Non, le petit Prince, il est à moi maintenant et il le restera.

Le Roi, l'arme à la main, s'était jeté sur le Prince, mettant en évidence ses armures. Injustices? Pas pour le Souverain, qui allait gracieusement épargner le jeune homme. Après tout, ne voulait-il pas lui causer?

Je m'élance, je vise son ventre de mon poignard. Va-t-il esquiver, va-t-il me rembourser mon attaque? Fait honneur à ton nom, jeune Homme.
Revenir en haut Aller en bas
Pez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2546
Date d'inscription : 23/02/2006

Feuille de personnage
~ Parchemin ~:
Puissance:
20/350  (20/350)
Niveau du tigre:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Jeu 27 Nov - 21:12

[Désolé du retard >.<]




Les gens s'écartent sur le passage du Félin que je suis, aucun n'ose m'arrêter. Cela ne m'étonne pas d'eux: ils ont peur de moi, n'est-ce pas ?
Dans mon dos, j'ai eu comme l'impression que le tigre me saluait. Je n'en ferais pas autant pour celui qui m'a prit un œil.
Je sais qu'au plus profond de moi, j'ai envie de le revoir, cet être abject. Mais je ne l'ai pas encore quitté, non ?
Tant pis... J'ai l'Okin, n'est-ce pas ? Il est nécessaire que je m'applique à percer ses secrets.
***

Le Tigre parvint à une petite ruelle, et, avisant une gouttière, il s'y cramponna de toutes ses griffes. L'ascension fut rude, plus encore à cause de ses blessures que de ses sombres pensées qui le distrayaient ses mouvements. A trois reprises, il manqua tomber, et il s'y cassa quelques griffes. La gouttière manqua même s'arracher, dans un cri de souffrance métallique.
Enfin, le sommet, c'est à dire le toit de l'immeuble de quatre étages. Fait d'ardoises sombres, il était extrêmement pentu. Le Tigre y fit halte afin de souffler, la respiration rauque et laborieuse.
D'ici, il a vue sur la place, théâtre de la singulière agitation. Et, comme s'il s'agissait là d'une pièce irréelle, le Tigre s'allongea au bord du toit et regarda. Oh, il voyait plutôt mal, c'était plusieurs rues plus loin, et une cheminée lui bouchait la moitié de la vue. Mais cela lui suffisait.
Il prit l'Okin. Il l'avala.
Et alors, il se concentra, tandis que la pierre se débattait dans son estomac. Sa magie empêcherait la digestion, et elle resterait bloquée là. Jusqu'à ce qu'il la vomisse ? Sûrement. Mais pour le moment, ce n'était pas son intention.
Le puissant Félin se Concentra, puisque son corps ne lui était plus d'aucune utilité pour le moment.
***

Dans ses yeux, le Prince pouvait voir flamber un désir de meurtre presque passionnel. Le Roi le haïssait peut-être autant que Kasen savait haïr, ce qui n'était pas peu dire. Mais ce regard semblait bas, aussi, déchu. Comme si le Souverain avait déjà perdu, était certain de perdre, avant même de s'être battu, comme si rien de ce qu'il puisse faire ne pourrait entraver sa chute.
Pourtant, aux yeux de tous, il était un Souverain montant, qui croissait en pouvoir et les menait à la victoire.
Alors pourquoi lui ne voyait-il pas les choses de la même manière ? Était-il profondément différent ? Il aurait voulu le croire; Kasen, lui, en aurait été sûr.
Cesse de penser à ce Tigre ! Ta Vie est en jeu ! Ma vie ? Mais elle m'importe bien peu...
Le Souverain avait retiré sa main, et ce contact pourtant prolongé lui avait semblé d'une incroyable brièveté. Il eut voulu, peut-être, en faire autant.

Rant'Zhar lui en donna l'occasion: il sourit. Et le Prince, encore, lui sourit. C'était ainsi qu'il prenait possession du Roi, de ses pensées, à sa façon altière et insolente de bâtard royal.
Rapidement, l'autre se débarrassa du Tigre et d'un partie de l'attirail qu'il transportait. Oooh, un Roi-Guerrier.
Les yeux du Prince sourirent pour lui. L'autre s'était comme incliné, brièvement. Cela était bien davantage une provocation cynique qu'une coutume guerrière, de toute évidence.

-Si vous survivez..Eh bien, vous ne mourrez pas. Cela vous semble logique?

S'il gagne, il est libre ? Aps n'y crut même pas. Ne jamais espérer pour ne jamais déchanter, tel était ce que lui avait appris Kasen.
Kasen.
Il le sentait plus proche de lui à chaque instant, et cela le déstabilisa. Pourtant, ses réflexes furent suffisamment prompts, et la pointe de sa rapière brilla près du visage du souverain, laissant le temps au bretteur de faire un pas de coté.
Celui qui manie la rapière maîtrise l'art de l'esquive, car il sait qu'au moindre coup sa fine arme peut se rompre. Elle est faire pour couper et frapper d'estoc, rien d'autre, mais elle excelle en cela. C'est là un art risqué.
Le coup suivant, il le para avec la garde de son arme, car il n'eut d'autre choix. Un mouvement rapide du Roi pouvait alors lui transpercer le poignet, aussi, il se rejeta en arrière. Mais il n'allait pas se contenter de reculer, et, maintenant qu'il avait reprit pied, il se jeta doucement en avant.
C'était un gamin qui paraissait voler.
***

Je sens ma magie qui se mêle à celle de l'Okin, et j'en prends possession subtilement. Gamin, tu es destiné à devenir mon pantin, et sache que tu n'y échapperas pas, quelque moyen que je doive utiliser !
D'un coup de langue, je lisse les poils poissés de sang de ma patte. Ce tigre... il va savoir ce qu'il en coûte de faire couler le sang d'un Roi !
***

Dans le dos du Prince, un poignard arrivait en sifflant, jeté par l'un de ceux qui composaient la foule. Des milliers de raisons avaient pu pousser l'un des sujets de Rant'Zhar à commettre un tel acte, mais cela n'avait déjà plus d'importance.
Soudain, et sans qu'il eut pu savoir combien il était menacé, Aps s'accroupit au sol. Sa vivacité lui permit d'éviter l'arme, qui frôla sa tête, et il se releva d'un bond.
Il vacillait un peu, et ses doigts effleurèrent sa tête.
***

Les marionnettes, ne sont-ce pas des inventions humaines ? Il me semble bien que si.
Alors, je vais me faire un plaisir de leur en emprunter l'idée.
Jouons, mon Prince, mon Roi, et mon Tigre. Mais sachez que derrière vous, c'est moi qui tire les ficelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Dim 30 Nov - 3:58

Oliatram s'était retiré de cette action. Pourtant, il observait toujours, d'un air désabusé. Alors que toujours son sang salissait le sol, il leva la tête. S'était un son de métal, comme si il avait été arraché. Décidément, s'était plus qu'un homme qui s'affairait à monter sur cette gouttière, à se qu'il pu déduire au bruit. De se pas, il se levait, et partait. Lentement, il se dirigeait vers le Prince Bâtard. Alors que les deux êtres combattaient, il s'était infiltré entre leurs jambes et donné un léger coup de tête à celle de l'Hybride. Question de lui voler un peu de son odeur. Puis, aussi vite qu'il s'était avancé, il rebroussait chemin à la marche rapide, comme un cheval au trot.
Ferra n'avait point remarqué le Tigre. Peut-être avait-il l'esprit trop occupé par la vue de cet être qui n'appartiens vraiment à aucune race?

Plus il traversait la ville, plus, il faisait du chemin, plus son rythme s'accélérait. Pourquoi une ''fuite'' si subite? Du coin de l'oeil, il gardait bien son Frère dans son champ de vision. S'était lui qu'il suivait. Enfin, il arrivait à l'endroit où le Tigre était grimpé. Gouttière déchirée, impossible de monter. Il se recule, et tombe sur un homme; habillé comme il est, il doit être un sujet du Roi. Oliatram pousse l'homme vers la gouttière. Il se recule, prend son élan; et d'un bond, saute sur l'homme -le faisant saigner au passage, tiens- puis sur le rebord de l'étage. Même pas un regard, ni même un souffle pour l'homme, il continue sa route vers celui qu'il n'abandonnera pas tant qu'il ne dominera la bête.

«Ce tigre est bien plus que tout les autres bébête qu'on me donnait pour le plaisir. Cet être a vraiment vécu, il est vraiment quelques chose. Et moi, que suis-je? Comment me voit-il?»

Il saute, un étage, puis un autre, s'aidant des traces qu'avait laissé le dernier venu. Et enfin, il atteint le sommet.
Comme sa ville est belle d'ici, comme il peut remarquer à quel point il est si petit et inutile sur cette étendue de charbon.
Tranquillement, il s'avance vers le tigre qui savoure la vue -ou peut-être d'autre chose, qui sais?-
Il est maintenant à ses côtés, épaules égales, celles d'Oliatram étant plus basses et frêles. Malgré l'apparence mince et cassante du tigre, il était un être né pour le combat. Créé pour le combat, presque.
Sur son ventre, on avait peint des écritures à l'encre rouge. L'encre et son sang s'était mélangé pour donner d'étranges formes, comme si on y avait inscrit des écritures religieuses en langues ancienne.
La bête croyait en ses religions, croyait en ses mythes et lisait les registres, les naissances royales, les récits des victoires Sombres.
S'il aurait été un homme, il aurait été Elfe.

Il porta son regard vers son Maître, qui, plus bas, combattait.


J'entend un court sifflement, puis je vois le jeune homme qui se baisse brusquement. Qui, qui donc a tiré sur ma proie? Mes sujets devraient savoir que l'on interviens que quand je leur ordonne..

S'était à se moment qu'il prenait compte de l'importance de cette rencontre. Un jour, le jeune homme gouvernera. Tous deux seront à la tête d'empires surpuissant, et peut-être même que ces deux empires, soit les hommes et les elfes, s'entrechoqueront comme deux bœuf cognant leurs cornes...
Il se contentait d'éviter la plupart des coups, finement dirigé par la main du bretteur. Ferra maniait apparemment mal le poignard, préférant de loin les armes lourdes.
Lorsqu'il attaquait, c'était faiblement et il laisser facilement préméditer ses attaques. Où voulait-il en venir?
Il jeta un regard rapide vers son tigre, mais il ne le trouvait plus.

En fait, le tigre avait observé chaque mouvement du Roi. Il connaissait ses intentions, la raison de son inquiétude soudaine face à sa disparition. Après tout, un homme comme lui, qui cachait si mollement ses émotions, était un jeu d'enfant a déchiffré.
Avec un semblant de sourire, Oliatram dépassa le tigre.

-Eh bien, je souhaite bonne chance à ton Domestique..Salut!

Il bombait le torse, puis, les pattes cramponnée sur le rebord, griffes sortit, il adressait un dernier mot au Tigre, lui tournant le dos.

-Sache que nous sommes très différent mon Cher; alors que moi j'ai du respect, Toi les gens te craignent..Et ce malgré ton corps parfaitement proportionné.

Et sans avertir ni attendre de réponse, il avait sauté dans le vide.
Quatre étages de vide.
Peut-être cette scène était familière à Quacenne?

«J'ai sauté, mais un Quelqu'un va me servir de piste d'atterrissage».

Il ne flottait pas mais tombait comme une pierre, lourde masse que le tigre était. À se moment il aurait volontiers échangé son signe frontal pour de douces ailes de velours, ainsi il aurait pu voler.
Car la chute, inévitable, et la fracture qu'elle allait occasionner.
Ses griffes transperçaient le vent, sa crinière lui piquait les yeux.

À se moment, je m'arrête. Que vois-je? Ma Céleste monture qui descend du ciel comme un presqu'ange? Non, même les Dérivés d'Anges n'auraient pas l'air aussi terrifiants..

Dans ses yeux le Tigre voyait le Prince.
Et en un centième de seconde, se fut sur lui qu'il atterrit, en fracas.

Il est tombé sur l'Hybride. Ooh, que j'aime se tigre en se moment précis.
Revenir en haut Aller en bas
Pez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2546
Date d'inscription : 23/02/2006

Feuille de personnage
~ Parchemin ~:
Puissance:
20/350  (20/350)
Niveau du tigre:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Lun 1 Déc - 23:44

Malgré sa faible stature et les dégâts que j'avais fait, il est parvenu à escalader jusqu'au toit. Sans le regarder, je me remémore l'espace d'un instant son physique mutilé. Une face plate, oreilles de chauve-souris, une queue immense, avec ça un pelage coloré par plaques hétérogènes. C'en serait presque risible. Amusant en comparaison de moi-même, mon aspect naturel et sauvage que rien n'est parvenu à marquer durablement. Lui, il est une bête de combat - façon bipède. Moi, une bête de survie pure que seule la Nature a forgée.
Quoi d'autre ? Un œil blanc. A-t-il remarqué que je n'avais pas utilisé cet avantage durant le combat ? Peut-être bien... ou pas.
Je pense que je vais perdre le mien, si ce n'est déjà fait. Ma paupière ne parvient pas à retenir le sang, qui jaillit malgré elle.
Il s'approche, dans mon dos. S'il me sautait dessus, nous tomberions du toit. Je sais qu'il ne le fera pas. Il n'est pas là pour ça... Je l'admets, je lui accorde une once d'estime.
Je ne lui accorde pas un regard alors qu'il s'immobilise juste à coté de moi. J'ai l'impression qu'il est un homme. Ou plutôt, une tentative d'homme, l'essai raté d'un apprenti sorcier orgueilleux.
Il faut que je cesse de penser à lui.
En-dessous, le gamin se bat, non pas seulement contre un Roi, mais aussi contre la foule, qui bouge un peu trop à mon goût. L'agitateur au poignard a été roué de coups. Mais autour des combattants, le cercle se resserre. On dirait des loups: leur Roi ? le chef de meute. Et Aps ? la proie.
Ils attendent la curée, avides, impatients.
Si le Souverain est blessé, il se rueront sur le gamin, je le sais.
Et comme je tiens à le conserver intact, je lui prête mes yeux - mon œil, et mes réflexes.

-Eh bien, je souhaite bonne chance à ton Domestique..Salut!

Au coin de mon champ de vision, je le vois vaguement. Il semble fier. Fier de quoi donc ?

-Sache que nous sommes très différent mon Cher; alors que moi j'ai du respect, Toi les gens te craignent..Et ce malgré ton corps parfaitement proportionné.

- Pourquoi, tigre ? Pourquoi es-tu devenu un Sombre ?

Il saute, ce crétin, sans me répondre.
Je suis sûr qu'à force de volonté, il aurait pu éviter ce qui lui est arrivé - sur le plan psychologique, au moins, et qui est de loin le plus important. C'est aussi pour cette raison que je le méprise. Il a cédé à ce que lui proposait la vie avec facilité.
Il n'a rien vécu.

*


Le Tigre avait sauté. Dans l'esprit de Kasen passa une image, la même que celle que se recréait en cet instant le Prince.
Un tigre immense et digne, blanc comme neige, Ailé. Makejidamashi.
Kasen avait-t-il jamais repensé à lui, après cette nuit maudite qui avait signé sa mort ? Si cela avait été le cas, il n'aurait même pas voulu l'admettre.
Aps vit le tigre arriver vers lui. Mais il allait bien trop vite, et, en face de lui, un Roi le menaçait de mort.
Lorsque le Tigre atteignit son dos, le Prince sembla se casser, il se plia curieusement en arrière, un peu plus loin que les limites du corps ne le permettent. Et lorsqu'il toucha le sol, ses os craquèrent.
Plus haut, sur un toit, l'œil d'un tigre brilla de rage.

*


Aps a perdu tout contrôle de son corps, de son esprit. Heureusement, peut-être, car la douleur l'irradie, dévale dans son crâne telle un torrent furieux.
Alors, une présence s'y avance. Un conquérant en terrain gagné, sûr de lui, qui étouffe toute résistance dans l'œuf.

Sous le tigre, les membres du Prince se convulsèrent. Il rouvrit les yeux; on y voyait presque que du blanc.
Sous l'effort de ses muscles, il se redressa d'un coup. Il saignait de plusieurs endroits, et son épaule droite était bizarrement basse. Son souffle était rauque.
Pourtant, il se mouvait encore.
Il rugit.
Tête baissée, il fonça droit vers le souverain, la rapière pointée à la manière d'un bretteur peu confirmé. Cela à cause de la douleur de son bras... ou d'un réel manque de savoir ?
Plus rien d'humain dans ce corps d'hybride.
Aps a perdu la bataille.
Il lâche l'arme en plein mouvement, sans savoir où elle va atterrir, il tombe à genoux. Il crache du sang, les deux mains sur la gorge.
Pourtant, ses muscles, encore, tentent de le relever.
Une dernière convulsion; il s'affaisse dans la poussière.

*


J'aurai essayé. Et, en quelque sorte, j'ai réussi.
Quoi qu'il en soit, il n'y avait plus grand-chose à faire à partir de l'instant où cette masse est tombée sur lui de trois étages de hauteur.
Est-il content de lui, ce tigre ? Aujourd'hui, les Sombres ont fait un pas en avant !
J'enrage. Non, je bous de haine.
Je le récupèrerais, le gamin. S'il ne crève pas. Pour le moment, quelque fil ténu le relie encore à la vie.
Soignez-le, emprisonnez-le, torturez-le ou que sais-je, peu m'importe. Tant que vous ne l'achevez pas, n'est-ce pas ?
Je viendrais le chercher en temps et en heure.
Je crève d'envie d'achever ce tigre, d'arracher ses entrailles brûlantes.
Sait-il seulement ce que ce pantin représentait, pour moi ? Ce que je risque à me séparer de lui ?

*


"Aps ?
- Mère ?
- Aps ?
- C'est vous, Mère ? Mère !"


Au cœur de la brume, je crois distinguer un minuscule gamin. Il est dans la neige, assis. Il frotte ses yeux de ses poings fermés. J'ai l'impression qu'il regarde partir quelque chose, ou quelqu'un. Qu'est-ce ?
Ce gamin, c'est moi, je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Mer 3 Déc - 3:10

«Tigre, tu sembles si préoccupé, tu es comme ces chiens mal dressés dont on ne connait rien d'eux sauf leurs grognements rauques. Derrière tes yeux rouges de sang -c'est le cas de le dire, enfin pour ton globe endommagé- , derrière cette rage qui dégouline le long de ta forte mâchoire, qu'est-tu? Comme moi, tu es une âme, un esprit, enfin, quelqu'un. Derrière se Fort de glace que tu t'es construit, tu donnes l'allure d'un Démon, tu te crois Akkavar. Mais ton Fort n'est qu'illusion et tu n'es guère plus grand qu'un Tigreau, comme moi, comme mon Roi, comme ton Prince. Peut-être que si nous étions tous dépourvu de notre enveloppe charnelle, guerres et conflits seraient inexistants?

Parlant d'apparence. Chaque pas que je fait, chaque regard que tu me lances, j'ai l'impression, forte, que tu me juges.
Eh bon. Je reste tout de même méfiant. Car face à un tigre qui délire, on fait quoi? Parce que, mon cher, tu es loin d'être sain d'esprit.
Et moi dans tout sa, suis-je plus ''réveillé'' ?
Autant qu'un Humanoïde, je dirais. »

Oliatram avait atterrit avec lourdeur sur le Prince. Ses griffes auraient voulu pénétrer son corps, mais le jeune homme ne lui inspirait aucun mal. Qu'avait-il fait, l'Hybride, à part naître sous le mauvais signe?
Ce Prince qui était comme un sous-fifre du Tigre, Il aurait envie de le brasser se jeune garçon! Il était toujours sur son corps, qu'il aplatissait en un sec bruit de craquement. Il voudrait lui souffler à l'oreille de se réveiller, vivre dans se monde. «Je me pose les même question avec le Jeune, qui est-il, sauf un Prince?»
Mais il n'avait pus garder ses yeux sur le jeune homme. Il continuait comme sa course, poussé vers le sol. Il roulait à présent sur le pavé, étampant profondément son sang dans les craques du sol. Sa tête avait été heurtée violemment, ses pattes était molles et flasques. Mais sa courte fourrure elle, endommagée par endroit, s'était gonflée. Son oreille était gravement déchirée; retournée à l'envers, le bout manquait, lui donnant l'allure d'une oreille presque normale. Le tigre resta coucher sur le plancher froid.
Sa langue pendouillaient hors de sa gueule ouverte. À chaque forte et sifflante respiration, un épais nuage se formait. Il était blessé, mais probablement moins que le Prince ne l'était.

Des convulsions agitait son corps frêle.
Le Roi souriait. Non pas un sourire comme l'on avait précédemment vu; oh non, s'était des sourcils froncés et une bouche dentelée qui animait son visage.
Aucune reconnaissance envers Atram; après tout, le mérite lui revenait, puisqu'il possédait la bête, non?

Doucement, je m'approche du Prince. Son corps est comme déformé; Il ferait bien un Tigre d'Akkavar, lui! Autour de nous, la foule se pressent de plus en plus. J'entend d'un coup des pleurs, d'un côté de fous encouragement. Ces cris de victoires, ce seront ceux que je suivrai. Sais-tu garçon, l'ampleur de cette rencontre? Sais-tu? Sais-tu que, se soir, tu dormiras sur un sol gelé, et qu'un ménestrel sera envoyé dans ta cité de naissance? Sais-tu se qu'il ira chanter à ta Maman?

Lentement mais d'une main dure, il prend le bras valide du Prince d'Iulan et le soulève du sol. Mettant ses mains sur les flans du Gamin, il le présente à la foule, tel un trophée. Il tourne, le présente à sa Meute. Sa cape fouette le sol, et plus il tient le petit hybride entre ses mains, plus il sourit.
D'un mouvement de tête, il appelle un Messager.

-Garçon, partez, courrez, et annoncez ceci mot pour mot à la Cité des Hommes! Prenez mon meilleur cheval et aller crier la bonne nouvelles à la Cité Principale et à sa reine!

Chers Humains;
Le Prince des Hommes est en notre possessions.
Si vous le voulez vivant, prosternez vous devant notre Race.
Si vous nous déclarez la guerre, c'est la tête de Votre Fils qui vous aceuillera à l'entrée de notre Fort.
Ferraa Rant'Zhar, Roi des Elfes Sombres.


Il avait prononcé les derniers mot avec une joie sans retenue.
Dans un mouvement simple, il posa le Prince sur ses épaules, sans considérations de ses blessures.
S'était comme deux foules qui le fixait avec l'Hybride sur son dos.
Une foule acclamant; celle que Ferraa considérait comme les ''véritables''.
Mais d'un autre côté, une portion de gens au regards durs et inquiets de se qu'allait devenir leur existence. Et si les humains décidaient de venir détruire le Fort? Comme les hommes vont réagir à une telle situation?
Est-ce que le Souverain avait bien agis?

Le Roi marchait, mais tremblait presque d'excitation. Plusieurs domestiques l'entourait, lui ouvrant la voie. Devant son château il se trouvait à présent. Une femme, musclé, lui ouvrait la porte, et montant les marche de sa Demeure, il entrait dans se qui servait de maison à l'Elfe.

Un long couloir s'étendait devant eux. Des portraits, des dizaines. Tous des dirigeants de toutes les races. Un seul tableau manquait, mais la plaque d'or inscrite d'un nom s'y trouvait toujours:

Ya'o Salaberry
Ya'o Makejidamashi de l'Asgardreid
Gouverneure du Nord


Sans s'en préoccuper, le Roi continuait son chemin. Ses pas résonnaient dans la salle, tout comme le souffle rauque du jeune Prince.

-Mon Petit Prince; Je ne sais pas se que je vais faire de toi..

De sa main libre, il fouillait la poche du Prince. Damn!
Où était donc l'Okin?

------



Oliatram se trouvait toujours dehors. Il avait garder en sa vision l'autre Tigre, mais maintenant il ne s'en préoccupait plus. De toute façon, il voyait excessivement mal. Peut-être à cause d'une blessure à la tête?
Qu'importe.

«Ça va mal.
Je n'ai pas peur que le Roi tue le Prince; non.
J'ai peur que l'autre Tigre Princier assassine mon Roi.»

Il gardait sa tête couchée pour trouver un peu de froideur sur le sol. La foule le contournait simplement.
S'il aurait été Homme...
Il aurait..
Revenir en haut Aller en bas
Pez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2546
Date d'inscription : 23/02/2006

Feuille de personnage
~ Parchemin ~:
Puissance:
20/350  (20/350)
Niveau du tigre:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Mer 3 Déc - 16:04

*Mère, j'aimerais tant que vous m'entendiez.
Vous avez toujours tout dirigé d'une poigne de fer. Comment réagirez-vous lorsque vous apprendrez ma capture, ou ma mort ?
Je vous ai toujours respectée, bien que vous n'aviez jamais été telle une mère; ma nourrice a pourvu à ce rôle.
Pourquoi ai-je quitté le château ? J'aurais pu vous aider à vous y battre contre les Sombres. Là-bas, j'étais sous leur joug, alors pourquoi leur Roi m'a-t-il fait prisonnier, ou tué ?
Quelque chose m'échappe, assurément, mais je ne sais quoi.
Peut-être que le Roi n'est pas en liaison avec les Sombres qui nous ont envahis ?
Cela me parait étrange, pourtant. Ce n'est pas ce que les rumeurs disent.
Oh ! Je me sens si ignorant ! Si faible ! Comme lorsque je m'étais enfui par un froid glacial afin de retenir mon père - qui, finalement, partit pour toujours...
*

Alors que j'avais cinq ou six ans, je me souviens, il m'a porté sur ses épaules. Était-ce la première fois que je le voyais ? Je n'ai pas de souvenir antérieur.
Et pourquoi pense-je à ça ?
J'ai le sentiment que mon père est près de moi. Je délire, sûrement. Je ne suis pas encore tout à fait mort. Cela ne saurait tarder. Je le désire presque; quitter ce monde et ses souffrances.

*


Oh ! Mais c'est qu'il considère le gamin comme un trophée, ce Roi !
Il excite la foule, qui se consume de joie et d'adoration. Je devine bien quelques réticents, mais bah !, on aura tôt fait d'aller les trouver cette nuit pour mettre fin à leur humbles jours !
Ce n'est pas à moi qu'on apprendra comment un Souverain monte au pouvoir.
Le tigre a roulé au sol. Personne ne prête attention à lui. Car le Souverain ne s'en préoccupe pas, n'est-ce pas ? Peuple caméléon, peuple singe du Roi; c'est son esprit qui anime tous ces corps. Ils ne vivent que pour lui, sans jamais songer à le contredire.
Le Souverain dédaigne la Bête qui meurt pour lui, alors, tout le monde en fait autant.
Ils me dégoûtent. Tous. Même le tigre. Quel imbécile ! Qu'espérait-il, de la part des Sombres ? Une reconnaissance ?
Sûrement va-t-il crever. Son maître a disparu et la foule s'éparpille, le laissant gisant là dans une mare de sang.
Il ne passera pas la nuit, non ? Il a besoin de manger, et de chaleur.
En fin de compte, je m'en fiche.

*


Kasen tourna les talons, et parcourut les toits jusqu'à parvenir à une maison plus basse que les autres. Là, il entreprit de descendre avec prudence.
Enfin à terre, passant de recoin d'ombre en ruelles, il parvint à des écuries. Ses sens engourdis lui permirent tout de même de ne pas se faire repérer lorsqu'il se frotta dans de la paille et s'installa au-dessus d'une stalle.
La nuit tomba.
Quelques heures plus tard, il fut tiré de son sommeil par des aboiements. Des chiens l'avaient senti et étaient entrés dans la stalle par-dessous la porte, effrayant le cheval qui piétinait nerveusement.
Le Tigre descendit de la paille d'un bond, et mit fin aux jours des deux mâtins, qu'il mangea. Il n'épargna pas le cheval, bien qu'il eut le ventre déjà plein.
Il avait retrouvé une bonne part de sa vitalité, le sang de ses blessures avait correctement coagulé. Quant à son œil, il demeurait clôt.
Il sortit. Dehors, la nuit, nuancée d'un sombre clair de lune.

*


Mes pas m'ont ramené sur la place de la veille. Où est le tigre ? Je la sens encore, l'odeur de son sang. Je vois la mare sèche et noire, en plein milieu, des traînées autour. Il n'a pas pu aller bien loin, blessé comme il était.
Oh, non, en effet. Il est juste là. Ainsi donc, son maître l'a oublié, obnubilé par sa capture ? Il ne l'a pas fait chercher ? Ou peut-être encore a-t-il cru que le tigre rentrerait seul.
Je m'approche de la bête hybride. Son souffle est rauque, il a les yeux clos. Quelle allure misérable il a, couché sur les pavés poussiéreux !

- Tigre, j'aurais aimé te vaincre, une bonne fois pour toute. Je ne t'achèverais pas dans ton état. Quoi que je sois devenu, par la faute des hommes ou la mienne, je demeure Digne. Et j'ai besoin de toi, pour me guider jusqu'au palais, et à l'intérieur. Seulement, tu ne vas pas vouloir, n'est-ce pas ? Tu es fidèle à ton bipède de maître ?

M'entend-il ? Mon ton est rempli de sarcasme et de mépris, lorsque je reprends:

- Si tu ne réponds pas, je te trimballerais sur le chemin - en espérant que le chahut te réveille. Sais-tu ?, c'est un marché que je te propose. Aide-moi à récupérer le gamin, et j'épargne celui auquel tu semble tant tenir. En tout cas, tu ne seras pas là pour le protéger.

Ce tigre plein de sang, il ressemble à une loque. Un rayon de lune fait briller son œil blanc. Pourquoi alors n'ose-je le toucher, pourquoi est-ce que je me tiens à distance respectueuse ?
C'est ridicule.
Je m'approche, et, de la patte, je le pousse jusqu'à ce qu'il tombe sur le flanc. L'idée de le porter ne me réjouis guère, mais j'ai réfléchi: plus vite je récupérerai le gamin, mieux ce sera. Avec ces quelques heures, il tiendra debout, sinon je tirerais sur ses fils de pantin.
Les paroles du Roi tournent et tournent encore dans ma tête.

*


Je me tiens courbé, en position d'équilibre précaire. Des pas résonnent, ou est-ce ma tête ? Tout bouge, mais ce n'est rien en comparaison de la douleur qui parcourt ma poitrine à chaque respiration, ni à celle de mon épaule.
Une main me tient, un peu négligemment.
On me porte sur des épaules, que mon sang souille abondamment. Mon sang ? Pas celui de mes blessures ; celui-là dégouline de ma bouche. Je tousse. J'ai horriblement mal.
Qui ? Un garde ? Vais-je en prison ? Ou vais-je être soigné ?
Mon regard descend. Je ne vois que des cheveux, flous.

- Qui ?

Ma voix me fait l'effet d'être celle d'un autre.
Soudain, une convulsion prend tout mon corps. Je tombe en arrière, mes mains débiles s'agitant dans l'air sans rien attraper.

_________________
~ Pez ; admin et créateur du site ~

500 Wallas ~ Manie la rapière ~ En savoir plus ?
Aps & Kasen

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Ven 5 Déc - 4:10

Oliatram.

Pourquoi rester comme une patte molle sur le sol, pourquoi se défendre ainsi sans jamais tuer? Il est couché sur le sol, le ventre baignant dans son propre sang.
Son oeil borgne semble prendre le dessus. De toute façon, il ne voit déjà plus grand chose, alors que la bête qui s'approche n'est qu'une tache orange dans le crépuscule.
Il ferme le globe valide de sa lourde paupière. Ce n'est que son oeil blanc qui illumine lugubrement son visage. Dur de croire que cette bête ai déjà été normal tigreau..

«Te rappelles-tu?
J'étais dans ma cage, je léchait ma fourrure; et d'une mains dégueulasse, on me tira par la peau du coup. Je grognais, montrait les dents. Inutile.
On me dit ''Que fait-tu? Les Humanoïdes ne se lèchent pas la peau!''
Je ne comprenait pas. On m'a jeter violemment sur le sol. C'est un bruit comme celui que je vient d'entendre, un craquement, qui habitait mon petit corps.
Je miaulais, on me battait. Pourquoi?
Mais je faisais un semblant de sourire, à l'humaine, et on me nourrissait. Qu'est-ce?
Toi aussi, tu penses comme moi; tu as compris, trop tard, que les humanoïdes sont très persuasif. Oui, c'est sa; nous sommes des êtres très persuasif.
Nous sommes des hommes à fourrure, comme les fée. D'ailleurs, comme eux, tu as des ailes, tu es petit et trapu.
Je suis plutôt un Elfe Sombre..
J'ai eu un peu pitié de se peuple inconnu. Ils méritent mon amour, car, comme moi, ils ne sont que des bêtes à la provenance inconnue.
Particulièrement Ferraa.
Des Mariées à dos de Sapins.
C'est fou comme ça, que moi et Ferraa sommes.
Mais ça, tu ne comprends pas.

Plus jamais je ne lécherai ma fourrure, au risque de mourir.»

Le Tigre Princier s'était approché d'Oliatram.
- Tigre, j'aurais aimé te vaincre, une bonne fois pour toute. Je ne t'achèverais pas dans ton état. Quoi que je sois devenu, par la faute des hommes ou la mienne, je demeure Digne. Et j'ai besoin de toi, pour me guider jusqu'au palais, et à l'intérieur. Seulement, tu ne vas pas vouloir, n'est-ce pas ? Tu es fidèle à ton bipède de maître ?

«Tu dis vraiment beaucoup de mots inutiles, toi; me demander simplement mon aide aurait été largement suffisant.»

- Si tu ne réponds pas, je te trimballerais sur le chemin - en espérant que le chahut te réveille. Sais-tu ?, c'est un marché que je te propose. Aide-moi à récupérer le gamin, et j'épargne celui auquel tu semble tant tenir. En tout cas, tu ne seras pas là pour le protéger.


«Il exige donc ma réponse. Tant pis, mon petit oisillons, tu n'auras que des miettes. De sa patte, il me pousse; je tombe, comme un carcasse durcie. Heh.»

-Que des Miettes, que des miettes...


Doucement, il décide de se lever. Chaque mouvement est d'une douleur affreuse. Il voit à peine, mais ses oreilles compenseront. Et le petit truc sur le bout de son visage, beh, il servira un peu, pour une fois. Il marche d'un pas mal assuré, comme si chaque centimètre franchis était pour être le dernier. Lentement, il se dirigeait vers le château, ignorant royalement l'autre Tigre.

-Je vais t'aider, mais se ne sera que des miettes d'aide que tu auras..




Je sens sa chaleur.

La château était énorme. L'extérieur, noir comme le charbon, reflétait mal la richesse de l'intérieur. Les murs étaient de marbre, le tapis qui parcourait le sol était soyeux comme le velours. Chaque dégât était immédiatement nettoyé par une escouade presqu'entraînée militairement à la propreté. Mais aujourd'hui, on avait demander de laisser le Roi seul.
Il voulait savourer se moment seul.

Avoir se garçon sur mes épaules, c'est comme porter un fils avec sois. Se fils qui, après plusieurs épouses, n'est jamais venu.
Le sort des épouses? Vous vous en doutez probablement.
Je le hais, le Gamin? Non, pas vraiment. C'est pour cela que je ne le tuerai pas, enfin pas si les humains reste tranquilles.
Ce petit Prince, avec un viol Mental -je me plais à appeler ainsi le conditionnement psychologique-, deviendrait un Espion idéal pour nous; Un hybride, autrefois Prince des hommes, qui devient Allié des Elfes Sombres? Les Humains en seraient furieux. Furieux, et donc faibles.
Mais on dirait bien que sa Bête est dans mon chemin; l'influence que le tigre a sur le Prince est fatale.
Bof. Je le ferai tuer, simple.
Oliatram s'en chargera.


Ses yeux ne se posaient plus sur les richesses de la demeure depuis longtemps. Celles-ci avaient fini par l'ennuyer. Non, le petit être qu'il portait sur lui l'occupait suffisamment.
Mais son plaisir avait été rompu; comme agité de spasmes, le Prince s'était presque jeté par terre.
Ouche!
Ça allait probablement occasionner quelques blessures, mais il allait s'en tirer. Il se retourne nonchalamment et adresse un sourire au jeune homme.

-Ça va?

Son ton était plus léger, car en privé, il pouvait aisément laisser tomber le voile digne qu'il ajoutait à sa voix. Il se baissa pour reprendre le jeune Prince avec lui. Tous deux étaient à même hauteur d'yeux, Rant'Zhar accroupi au sol. Doucement, il relevait le D'Iulan.

-Excusez-moi de de ne pas avoir cet acquis, mais j'ignore votre prénom..


Une gêne évidente s'était présenté au visage du Souverain. Qu'est-ce? Comment pouvait-il ignorer le prénom du Prince des Hommes? Il connaissait ses titres, ses noms. Un peu de son histoire, et même à la limite, ses origines. Mais pour lui, les hommes étaient des bêtes éphémères. À quoi bon retenir tout leur prénom si se n'est que pour les faire assassiner..Dire ''le duc de tel'' et ''le Roi de ci'' était largement suffisant.



Dans la mémoire du tigre, il se rappelait les mot qui avait traversé sa tête en un coup de vent, pendant son saut. Des mots lointains, qu'il avait à peine compris.

- Pourquoi, tigre ? Pourquoi es-tu devenu un Sombre ?

«Même si je t'expliquait, tu ne comprendrais pas, mais je vais quand même tenter.» Sans aucun lien avec se qu'il avait dit précédemment, il parlait, comme s'il répondait à lui-même.

-Se n'est pas un choix que j'ai fait, Tigre; c'est l'idéologie que l'on m'a imposée.
Revenir en haut Aller en bas
Pez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2546
Date d'inscription : 23/02/2006

Feuille de personnage
~ Parchemin ~:
Puissance:
20/350  (20/350)
Niveau du tigre:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Dim 7 Déc - 22:45

Ce tigre paraît déjà en proie à la mort, il me semble bien froid. Mais peu m'importe qu'il crève, surtout après avoir craché ces quelques mots :

- Que des Miettes, que des miettes... Je vais t'aider, mais se ne sera que des miettes d'aide que tu auras..

Il ose me résister, dans l'état dans lequel il est ? Sans penser à rien, je laisse ma haine bouillonner dans mon corps, et je le regarde se lever. Il est très lent.
Dans quel état d'esprit est-il, en cet instant ? Qu'il n'en a plus pour longtemps à vivre ? Qu'il lutte pour son suzerain ?

A ces questions, je m'aperçois que moi, voilà quelques temps que je ne réfléchis plus sérieusement à rien. L'examen de l'Okin m'a blessé, plus grièvement que je ne le croyais. Et quand les évènements se sont succédés, j'ai trouvé que tout allait trop vite. Je me suis enlisé à la manière d'un porc dans la fange. J'ai commis des erreurs.
Cela me pique violemment, mais il faut que je reconsidère mes positions - tout de suite.
Ce tigre me rappelle malgré moi que je ne suis pas encore au Sommet. Je dois faire des concessions.
Ce seul mot me fait enrager.

Je souhaite les tuer, ces humanoïdes, et je les tuerais. C'est tout ce que je vais avoir, car je ne veux que cela. La reconnaissance des autres ? L'amitié ? Je n'en veux pas - plus. Ma dernière expérience remonte à ces tigreaux, qui, dans le même cas que moi, étaient sur le point d'être vendus, ou étaient transportés vers les contrées humains. Cette époque où la Haine ne brûlait pas encore tout à fait mon âme.
Mais ce temps est révolu, je ne suis plus une larve, je suis Puissant et je règne !
Règnerais.
J'ai visé les contrées humaines, car elles étaient les plus puissantes, et à la fois les plus accessibles. Je perds ces deux points si je ne récupère pas le gamin. L'idéal aurait été qu'il soit un sombre ; tandis qu'il se serait chargé de Ferraa, j'aurai grimpé en puissance.
Et quelle différence ? Qu'il croupit dans un cachot, peut-être.
Il me manque trop de données. Je ne le connais même pas, ce Ferraa. Je pourrais peut-être en apprendre de lui de la part du tigre loqueteux, seulement ces informations ne vaudraient probablement rien.
Cela ne coûte rien d'essayer, toutefois.

Je tiens mon plan d'action. Je garde ce tigre en vie, dussè-je me mettre en péril ; je pénètre le château et me débarrasse du roi, si l'occasion s'en présente. Mais peut-être devrais-je entrer dans ses bonnes grâces. Rien que cette idée me répugne. Tuer ou vaincre son tigre serait un bon moyen de lui montrer ma valeur, ou encore d'attirer sa colère.
Le gamin est presque secondaire. Il est une cible facile pour accéder à la Royauté Humaine, mais cela devient compliqué s'il est en morceaux.

-Se n'est pas un choix que j'ai fait, Tigre; c'est l'idéologie que l'on m'a imposée.

Ah ? Tiens, tiens...
Il reconnaît qu'il a été faible, tigreau. Tous l'ont été, mais le dire est quelque chose de différent. Ce tigre n'est plus entièrement un tigre. Pourtant, il est indéniable qu'il en garde quelque chose - qu'il le veuille ou non.
Il est l'homme-lige de son roi, il ne le trahira pas. Il le respecte, ou encore il s'identifie à lui, ou je ne sais quoi, mais il ne le trahira pas.

Je lui emboîte le pas, marchant à coté de lui. Ou piétinant, plutôt. Il avance à une allure pitoyable.
D'un geste, j'attrape la peau de sa nuque, et je le soulève pour le tirer en travers de mon dos, ce tigre plein de dédain envers moi !
Je dois retenir un frisson de dégoût.
Oui, je ne suis pas une bête de bât ! Un claquement de langue méprisant résonne dans le froid.
Puis je pars au petit trot. Nous serons bientôt au château.

Ce tigre est faible, mais il aurait encore la force de planter ses griffes dans mon flanc. Il n'y gagnerai pas plus de choses que moi en exterminant un peuple, et c'est ce qui m'agace.

*


- Des miettes d'aide ? On verra si j'arrive à les happer.

Au coin de la rue, un elfe ivre vidait une bouteille au-dessus d'une bouche d'égout. L'odeur de l'acool empestait l'air au même titre de celles des charognes de chiens, chats et rats qui grouillaient par ici.
Dans le noir, Kasen distinguait juste la bouteille, qui brillait. Il continua, sans ralentir le moindre du monde.

- Et en conséquence, je prendrais quelques miettes de décisions.

Si le tigre l'aidait à entrer, il l'aidait à s'approcher du roi. Les deux le savaient. Cependant, Kasen n'aurait pas forcément besoin de tuer le roi, s'il pouvait repartir avec le gamin. Ni s'il pouvait utiliser le prince grâce au souverain sans quitter le château Sombre.
Il avait une curieuse manière d'ordonner ses pensées; il survolait les problèmes sans jamais remettre en question leurs fondements, puis, tout d'un coup, il changeait complètement d'opinion. Et il reniait avoir été d'un autre avis. Une façon de se protéger, lui et son amour-propre tout en ayant toujours raison, peut-être.
Impossible en tout cas pour lui de savoir ce qu'il allait faire, et à ce titre, personne n'avait jamais pu percer les secrets de son fonctionnement irraisonné.

*
* *


Aps est tombé en arrière ; fort heureusement le sol était recouvert d'un tapis épais. Sans quoi, il aurait eu de bonnes chances d'avoir le crâne fendu.

-Ça va?

Les yeux crispés du Prince se rouvrirent. Au-dessus de lui, c'était le Roi. Bah.
Ce dernier s'accroupit, et l'attrapa aux épaules, non sans lui arracher un gémissement de douleur. Il le releva doucement.

-Excusez-moi de de ne pas avoir cet acquis, mais j'ignore votre prénom..

A moitié sonné, il grogna:

- Aps.

Soudain, ses yeux s'écarquillèrent, et il sursauta. Il s'écarta vivement, tout en se relevant. Il se tenait le front de sa main valide, chancelait. Son dos vint heurter le mur opposé. Une armure tomba à grand bruit de fracas.
Le Roi ?! Mais où était-il ? Prisonnier ?
Une poignée de secondes s'écoulèrent dans un silence de mort.
C'était assez pour que le Prince reprenne le pas sur l'adolescent.

- Vous comptez m'enfermer dans une cage dorée ? Vous n'obtiendrez rien de moi.

Malgré ses hoquets, son ton était assuré. Pas hautain, pourtant : le ton d'un bâtard, d'un Né du mauvais coté du lit.
C'était en cela qu'il était fort. Il n'était pas l'un de ses princes prétentieux qui gouvernent en se pavanant à la cour, au cœur des intrigues. Non, il agissait de son propre chef, malgré ce que cela lui coûtait.

Mais en fin de compte, qu'est-ce qui aurait été le plus efficace ?

_________________
~ Pez ; admin et créateur du site ~

500 Wallas ~ Manie la rapière ~ En savoir plus ?
Aps & Kasen

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Mer 10 Déc - 4:07

- Aps.

C'est sur un ton dérangé que le Prince répond au Souverain. Ferraa en répond d'une moue quasi enfantine, les lèvres serrées et les sourcils durs. Lui, Roi du peuple Vainqueur, déteste une si détestable réponse. Il avait démontré la seule pointe de respect qu'il pouvait bien garder vers cet être dégoutant, et le jeune garçon osait lui répondre ainsi.
Ou peut-être avait-il seulement eu se ton à cause de ses blessures?
Ah, mais ça, Ferraa n'y pensait même pas.
Le petit Prince ne pouvait qu'être mauvais.

- Vous comptez m'enfermer dans une cage dorée ? Vous n'obtiendrez rien de moi.

De grands yeux se dessinaient sur le visage du Roi alors que l'adolescent s'écartait de lui. Depuis le début de leur rencontre, il s'était montré -presque- de glace, devant le garçon répugnant, il restait comme le peuple voulait le voir; digne, valeureux, fier. Hors, il n'en était rien.
Le Roi était une personne excessivement susceptible, qui réagissait du tac-au-tac. Comment pouvait-il répondre à une réponse aussi provocatrice?

Je t'aurais, JE t'aurais!
Imbécile! Réfléchie avant de parler! Tu sais que je ne tuerai pas, parce que si je le fais je n'aurais rien pour manipuler ces idiots d'humains, tu es mon objets!
Tous se servent de toi, ton peuple, ton tigre, ton entourage, tes ennemis, moi!
Fait attention à ta tête, bon sang!
Ne me réplique pas comme si tu étais né avec une cuillère en argent dans la gueule, je suis de même et je garde de ma dignité, maintenant que nous sommes seul, tu crois vraiment que je vais rester de sang-froid?
Si oui, tu es fou.
Je pourrais te battre à mort. Mais ça aussi, tu sais que je ne le ferai pas.
Parce d'avoir mon tigre te détruire, sa ne me suffit pas.
C'est lui qui l'a fait, et donc pas moi.
Je le punirai comme il se doit..
Ton tigre est imbécile; Moi j'ai une tête. Et de plus, je suis un Humanoïde. Capable de penser correctement, donc, capable d'une pensée abstraite. Les tigres sont tous incapable de ça, d'après moi.


Au fond, ses pensées étaient ''très'' abstraites, peut-être même au point d'être incompréhensible...
Il n'avait pas bougé d'un pouce, restant droit comme un mât, la lèvre mordu de ses dents, trahissant un énervement.
Il leva sa main, comme il l'avait fait dehors. Encore, on aurait pu croire qu'il allait la poser sa main sur l'épaule du gamin.
Je vais l'égorger.
Le prendre par la gorge, le jeter au sol.

Il s'arrêta net. Non, il devait attendre, jouer aussi bien qu'il le fait aux dames. Il rebaissa son bras perpendiculaire à son corps et sourit. Sourire faible pour cacher.
Alors, doucement, il s'approche, son corps proche de celui de l'Hybride. Le Roi est grand, faisant fierté à la stature habituellement énorme de sa race. Devant le mi-homme mi-elfe de la lune (ces derniers étant déjà minuscules), il s'imposait.
Mais en dehors de cette apparence, qui, encore, dominait?



«Yurk, dégoutant. Il m'a pris sur son dos, je suis comme une pièce de viande molle sur lui. Sa gigote pas mal à mon goût, alors je m'accroche un peu sur la peau de la chose qui me porte -c'est quoi son nom déjà?-. Peut-être serais-ce le moment de lui demander, mais au fond, sa ne changera rien, vue les grandes chances que je meurs. Non pas de mes blessures, ô, mais si il veut que je le mène au château..
Il peut toujours rêver, mais je sens qu'il court après quelque chose qui est à moi, sois le Roi. Si il touche à mon mien, se sera un deuxième combat, et je me ferai crever comme un jaune d'œuf. Mais pour le moment il est calme, quoiqu'il m'agace. Je sens les mouvement de son corps sur le mien, comme si, pour une fois, j'étais le 'monteur' et pas le 'monté'. Sa me laisse le temps de placoter un peu. J'adore parler, et se tigre semble aimer le faire aussi. C'est un grand bavard, avec une grande gueule inutile. Il parle excessivement inutilement. Alors, moi aussi, je vais parler, mais avec un but précis.»

-Je me nomme d'abord, Oliatram.

Il marqua une pause. D'un oeil, s'était le cas de le dire, il observait les alentours. Il ne voyait presque rien, les murs des édifices n'étant que des formes floues. Mais le Tigre Princier, lui, il le voyait très bien. Ah, au moins, il pouvait regarder de proche.

-Pourquoi te caches-tu derrière un mur? Sort de l'ombre et découvre la lumière, use de ton bon sens. Tu m'insultes, mais le fais-tu pour cacher ton propre malaise? Tu sais bien que je ne t'aiderai pas, alors pourquoi t'abaisses-tu à me porter sur ton dos? Es-tu imbécile? Que cherches-tu?

Il se laissa glisser le long du corps de Quacenne. Il gisait alors maintenant sur le sol, couché sur le dos. Ses pattes étaient en l'air, comme un tigreau le ferait devant un autre frère. S'était de la pure provocation. Son ton se faisait arrogant, presque cynique.

-Alors? Tu vas me tuer?



Non...Je ne te tuerai pas, Prince..

Il était face à lui. Un regarde désarmé fixait le jeune homme. Les sourcils haut, il s'était vivement reculé. Enfin, il prenait de plus en plus confiance de ses gestes. Qui étais se garçon, que représentait-il pour lui? Un fils, un père?
Père?

Père, pourquoi les aimais-tu, eux, je parle des hommes. Vous aimiez ceux qui nous ont toujours tassé d'une main froide! Ceux qui ont haussé les épaules lorsqu'il était question de nos origines! S'était se qui m'enrageait, Père. Mais surtout, ils occupaient tout votre temps! Je n'étais pas assez important à tes yeux?
Vois, tu es mort, maintenant. De mes mains. Je ne m'en vante pas, mais j'en suis fier. Fier d'avoir radié de mes terres un être ainsi impropre que toi. Écoute ses mots que les hommes ont eux-même dis.

''L'espoir est mince, et il repose entièrement entre les mains des éleveurs de tigres magiques.
Participez à la sauvegarde du monde tel que vous le connaissez, ou choisissez le camp des forces du mal et étendez les ténèbres sur le continent…''

Nous sommes les méchants dans l'histoire. C'est nous qui sommes pointés du doigts pour chaque mortalité, pour chaque faiblesse. Et encore, tu me demandais d'où viens ma haine des hommes? Es-tu fou!?

J'ai mis de l'argent sur la tête des meilleurs servant de la Cité Principale. Je mets au point la meilleur armée qu'il soit. Oliatram n'en est-il pas la preuve?
Mais encore, on se dresse devant moi. Gouvernante du Nord, quel est ton nom déjà? Tu oses me trahir, et tu crois que je ne le sais pas. Tu montes une armée, mais tu es minuscule, je t'écraserai!
Akkavar, ayez pitié! Rendez-nous justice!


Tout deux était de leur côté du couloir. Ferraa appuyé sur un, Aps appuyé sur l'autre. Le Roi avait fait sa réflexion, et quoi qu'il ne savait toujours pas comment agir, il allait bouger d'instinct, imitant la façon du tigre. Attaquer, mais avec sang froid. Il place les bras derrière son dos.

-Quoi qu'il en soit, tu ne sortiras pas de chez moi de si tôt. Dis-moi, jeune Aps, -Il avait appuyé très fortement sur son nom- comptes-tu vraiment monter sur le trône? Si tu t'y assis un jour, si un jour tu gouvernes les hommes, vas-tu me détruire?

Son ton était franc, sec, et sans aucun arrière goût. Il n'y avait là que de simple curiosité.
En fait, il n'essayait même pas de gagner du temps; on avait demandé un médecin, qui devait arriver d'une minute à l'autre. Alors que faire d'autres que de s'amuser un peu avec son ''jouet'' ?
Revenir en haut Aller en bas
Pez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2546
Date d'inscription : 23/02/2006

Feuille de personnage
~ Parchemin ~:
Puissance:
20/350  (20/350)
Niveau du tigre:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Mar 16 Déc - 0:03

[Toutes mes excuses pour le retard]




Les yeux du souverain s'écarquillèrent. Né avec une cuillère d'argent dans la bouche, il devait être habitué à ce qu'on lui fasse des courbettes. A force de ne pas avoir d'appui ni d'autorité au-dessus d'eux, les princes grandissaient comme des branches tordues. Leur égo, surtout, croissait, au point qu'ils se croient supérieur à tout et tout le monde.
Ce fut le cas d'Apez, avant qu'il ne séjourne chez les Dérivés d'Ange. Il prit alors conscience de quantité énorme de choses. En un an, il s'épanouit comme jamais cela n'aurait pu lui arriver au Palais. De gamin, il était devenu jeune adulte ; plus mature.
Pourtant, à force de tout vouloir remettre en question, son esprit manquait d'accroches, d'assurance. Le Tigre l'avait bousculé avec violence, et il ne s'en était pas remis, loin de là.
Il sentait encore dans son crâne une main - ou une patte, plutôt - qui grattait ses pensées, comme un fauve cherche une proie qui se cache.
En face de lui, le Sombre demeurait immobile. Ou presque ; il semblait en proie à l'indécision, à la colère. Lorsqu'il leva sa main, le jeune garçon ne bougea pas.
Mais non, l'Elfe ne céda pas à la violence. Qu'attendait-il exactement de son prisonnier ? S'il n'était qu'un objet, un moyen de pression, pourquoi tout cela ? Pour quelles raisons le torturer ainsi ?
Car, torturé, il l'était, quoiqu'il ne le laissa pas paraître.
Ce silence immense autour de lui, ce froid, ce vide et cette pénombre inconnue... Partout, une débauche de luxe, pire encore que chez les Hommes... Cela induisait chez lui un mal-être croissait.
Mais ce n'était rien en regard du Roi.
Immense, imposant, et presque parfaitement calme. Ses pensées étaient hors d'atteinte.

Et là, il sourit. Un sourire faible, qui plus est ; presque un rictus, qui ne possédait aucune franchise.
Son regard abaissa ses armes.
Aps ne sut plus quoi penser ; il faillit perdre contenance. Pourtant, il parvint à rester immobile et digne, quoique sa respiration fut sifflante et ses vêtements déchirés couverts de sang. Ses yeux droits ne quittaient pas ceux du Sombre. Ses sourcils légèrement froncés formaient un pli significatif en travers de son front.
Ce qui attirait le plus l'attention, toutefois, c'était les flammes des candélabres qui se reflétaient et dansaient sur ses prunelles.

Rant'Zhar bougea. A la manière de l'oiseau sauvage subitement emprisonné, Aps observait le moindre de ses mouvements. Il aurait aimé être dans une cage, une prison, cela aurait été moins effrayant. Il aurait pu regarder à travers les barreaux.
Quoi de plus sinistre que d'être libre sans l'être vraiment ?

-Quoi qu'il en soit, tu ne sortiras pas de chez moi de si tôt. Dis-moi, jeune Aps, comptes-tu vraiment monter sur le trône? Si tu t'y assis un jour, si un jour tu gouvernes les hommes, vas-tu me détruire ?

La douleur, à force de se tenir debout, devenait insoutenable. Aussi, Aps se laissa tomber au sol, son dos glissant le long du mur. Que cela changeait-il au fond ? L'Elfe était nettement plus grand, et, surtout, n'était pas souffrant.

*


Que croire ? Que répondre ?
Que souhaite-je, finalement ?
Tant de questions auxquelles je ne parviens pas à trouver de réponses.. Tout était si simple, avant ! Est-ce cela, devenir adulte ?
J'ai du mal à respirer. Même en serrant mon poing jusqu'à ce que mes ongles percent ma peau, je ne parviens pas à oublier la douleur dans ma poitrine.
Guérirais-je ?
J'aimerai tant pouvoir être sûr ! Je me sens si faible... Où est ma mère ? Et mon père, que fait-il ? Lui qui m'a abandonné.
Je sais pourtant que je ne peux lui reprocher ; il a agi pour moi, aussi.
Ce Sombre, devant moi, est la matérialisation de tous mes cauchemars. L'Ennemi, celui contre lequel j'ai toujours lutté et je me bats encore.. c'est lui.
Ç'aurait pu être un autre. Ce n'est pas à sa personne que je m'en prend, mais bien à ce qu'il représente.
Qui est-il, réellement ? Je ne le sais même pas. Ce qu'il représente a toujours été l'ennemi, le méchant des contes de mon enfance, le démon qui cause tous les malheurs.
Mais lui, je l'ignore.

Alors non, non je ne souhaite pas sa mort !

- Non.

La faiblesse de ma propre voix me fait peur.

- Jamais je ne te détruirais. C'est un fléau que je combats, pas un elfe.

*


Le Prince, soudain, bougea. Il se releva péniblement, et marcha pour franchir cette incommensurable distance qui le séparaient du Roi.
Alors qu'il n'était plus qu'à un pas de lui, il tendit la main. Son visage était grave.
Il réclamait son dû.
Roi.

*
**


Je constate que ce "tigre" s'accroche. Il est le premier être qui souille la pureté de mon dos. Ce n'est d'ailleurs pas qu'une image : il dégouline de sang et d'une espèce de boue coagulée. Ma fourrure était sale, déjà, et voilà qui ne va qu'empirer la chose.
Mais ceci est secondaire.
Car qu'il me parle.

-Je me nomme d'abord, Oliatram.

- Quaçenne.

Je le sens, tiède, contre mon dos. Il reprend un peu de vigueur, peut-être.
Tant que j'arrive à éviter de me l'imaginer, ses pattes traînant de part et d'autre de mon dos, je puis contenir les sentiments qui m'habitent. Bien sûr, je n'ai pas un regard pour lui.

- Pourquoi te caches-tu derrière un mur? Sort de l'ombre et découvre la lumière, use de ton bon sens. Tu m'insultes, mais le fais-tu pour cacher ton propre malaise? Tu sais bien que je ne t'aiderai pas, alors pourquoi t'abaisses-tu à me porter sur ton dos? Es-tu imbécile? Que cherches-tu?

Quand je parlais de vigueur ! Je ricane, sans ralentir l'allure.
Quant à ces questions... Va savoir ! Je ne m'accorde même pas avec moi-même. Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu de mal à établir mes certitudes. L'Okin, sûrement ; l'esprit de ce gamin perdant aurait touché le mien.
Cette idée me révulse.

- J'aime t'insulter. Cela suffit. Quant au bon sens, qu'est-ce ?

Je passe une langue noirâtre sur mes babines. Dans ma gueule, sur mes crocs, le goût du sang perdure. Pourtant, il a perdu de sa saveur... Je n'ai qu'une envie : en emplir mes sens à nouveau !
Ce sale elfe... Il raisonne trop !
Je cherche la vengeance. Rien de plus... rien de moins.

Oh ! Mais qu'ose-t-il faire ! Il quitte mon dos !

Sa voix est cynique lorsqu'il me parle. Se moquerait-il de Moi ?
-Alors? Tu vas me tuer?

- J'aimerai bien...

Je m'avance d'un pas, je fais volte-face. Au-dessus de moi, la lune. Je fais de l'ombre à la tête de ce... tigreau.

- J'aimerai bien...


Ma gueule plonge sur son épaule, mes crocs fouillent sa chair. Le sang coule, jaillit ; je m'abreuve.
Une fraction de seconde m'a suffit. Je relève ma puissante tête.

- Moi non plus, je ne suis plus un tigre. Par la faute de ce qui se tient sur deux pattes, qui vit dans la boue et qui s'appelle homme.

Je t'avais offert de te porter !
Que veux-tu, Dépouille ? Qu'espères-tu de toi ? Et de moi ?
Tu voudrai que je te laisse tranquille, que tu puisse te traîner jusqu'au château, pour recevoir les félicitations de tes semblables ?
Vas-y, dis-le moi !
Parle !

_________________
~ Pez ; admin et créateur du site ~

500 Wallas ~ Manie la rapière ~ En savoir plus ?
Aps & Kasen

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Lun 22 Déc - 3:48

- J'aime t'insulter. Cela suffit. Quant au bon sens, qu'est-ce ?

Oliatram, sur le sol, regardait la bête approchante -ou plutôt le dénommé Quacenne- se mouver et s'approcher. S'était presque sur on ton de psychologue que la bête Akkavarienne s'adressait à son adversaire. Un ton presque ridicule, puisqu'Oliatram s'amusait. Ses yeux suivaient aveuglément le Tigre, un sourire coiffant son visage, sourire trop humanoïde pour être vraiment beau.

«Sa tête au dessus de la mienne, ses yeux se pose sur mon être. Un mouvement de tête balancier, et ses crocs atterrissent dans mon épaule. Une blessure de plus, qu'importe. Je ne sens pas ses poignards, douleurs ayant déjà envahi mon doux corps presque félin. Vieux comme je suis, il ne tardera pas à me trainer de l'autre coté, lui.. Je le voit ensanglanté, est-ce mon liquide ou le sien? Non, non, peu importe. C'est ça, relève la tête, lance moi un regard, parle-moi, dis-moi quelques chose.

- Moi non plus, je ne suis plus un tigre. Par la faute de ce qui se tient sur deux pattes, qui vit dans la boue et qui s'appelle homme.

«Je rit. Cri presque hystérique qui sort de folle gueule, mes yeux grands ouverts, muscles faciaux contractés. Voilà quelques chose d'intéressant, non? J'agite la chaîne qui pend à mon cou, celle qui s'était mainte fois incrustée dans ma peau car on avait oublié de la desserrer.

-Tu voit? C'est quand même pas si difficile.


«Quant à la boue, je ne comprends pas se qu'il veut dire; il doit probablement être dans son propre monde, dans sa tête, impénétrable. Vraiment? »
Oliatram, épaule déchiqueté, se tourne sur le ventre. Doucement, il brasse la tête, se débarrassant de la poussière qui lui collait au visage. Il se levait sur ses grandes et frêles pattes, évitant de marcher sur la plus sanglante.

-Eh bien moi, je vais te dire une chose. Écoute bien, mon grand: Je t'envie, non pas à cause de ton apparence -cela, je m'en fou-. Non, j'envie le fait que tu possèdes, et que tu n'es pas le possédé. T'comprends?

Il s'avance doucement vers le château, à un rythme plus soutenus. Qu'importe la douleur, maintenant. Sur un ton teinté d'amusement, il s'adresse à Quacenne.
-Bon, tu viens?



Rant'Zhar était resté debout, droit. Richement vêtus, il reflétait parfaitement l'allure château. Une longue cape descendait de son dos, fouettant légèrement le sol.

- Jamais je ne te détruirais. C'est un fléau que je combats, pas un elfe.

Huh? Y a-t-il une réelle différence, pour vous humains? Bon, peut-être que l'Hybride a pris ce qu'il y a de bon dans ses branches elfiques (si vraiment il en sont pourvus, de bonté).

Ferraa regarde le garçon s'approcher avec fermeté, malgré ses blessures. Il est solide. Le Prince lui tend la main. Se sont des yeux étonnés et des sourcils haut, sans compter une bouche entrouverte, qui fixe le jeune homme. Le Roi n'ose bouger, n'ose rien dire, alors que sur lui les yeux d'Apez sont pointé. La respiration du souverain est profonde, sonore.
Comment un enfant peu me troubler à se point !?
Il lève le bras, et cette fois, empoigne son poignet, malgré la main à plat du Prince. Il tient le poignet fort entre ses mains, sans avoir de raison précise. Il s'apprête à jeter le garçon au sol alors que...

-Mes salutations Souverains, on a appelé mon humble personne pour soigner ce jeune homme..

Le Médecin.
Un petit homme trapu, lunettes rondes sur le nez. Un Humain. Il adresse un sourire poli au Prince, et fait une courbette devant le Roi. Habillé de blanc, mallette à la main, il est souriant, mais reste soumis -comme une crainte devant l'elfe-.
Rant'zhar esquisse un sourire pourri. Cet homme est excellent docteur, malgré sa race; il est probablement la seule personne, et surtout le seul humain, à lui faire totalement confiance jusqu'à lui confier sa santé.
Lâchant le bras du garçon, il s'écarte rapidement, alors que le médecin s'approche pour examiner D'Iulan. Il roule les yeux, pose une main sur son front, la mine découragée. Décidément, le Roi n'y était pas allé de main morte pour anéantir le garçon. «Vous m'apporterez Oliatram aussi.» dit-il avec une voix qui tirait du ridicule. Le docteur avait probablement eu vent de la scène, théâtre où Rant'Zhar était l'acteur principal, presque le héros sur son cheval blanc.
Ferraa se tourne abruptement. Il n'a dit mots, n'ayant que jeter un simple regard sans émotion à l'humain. Il part vers la sortie, le pas de ses bottes résonnant bruyamment dans le long couloir.
Maudit sois-tu, guérisseur de basse-cour!
Au loin, le bruit d'une porte qui s'ouvre puis se referme résonne. Le médecin entoure le bras et l'épaule du Prince d'une attelle, puis s'arrête.
-Maintenant, va-t-en. Tu devrais être capable de fuir.
L'humain se lève, puis s'en va. Il sera probablement pendu pour avoir laissé partir le captif, mais il vaut moins que le Prince. Si le prince venais à mourir, catastrophe..


Le Souverain était sortit du château par une porte secondaire. Les mains dans les poches, il pouvait voir du coin de l'oeil Oliatram et l'autre Tigre.



Oliatram lève la tête subitement.

-Ton Prince va être sain et sauf...Ou peut-être juste Sauf, en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Pez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2546
Date d'inscription : 23/02/2006

Feuille de personnage
~ Parchemin ~:
Puissance:
20/350  (20/350)
Niveau du tigre:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Mar 23 Déc - 3:02

Je me suis rapproché de lui, le surplombe. J'aime savoir qu'il ne peut voir la Lune. L'astre nocturne est le symbole de la liberté de bien des tigres.
Celui-là, qu'a-t-il ? Un complexe d'infériorité ? Sinon, pourquoi ce sourire niais dans sa défaite ? Il n'a pas bronché lorsque j'ai prélevé un peu plus encore de son liquide vital. Ainsi, mourir ne l'effraie pas. Ou bien est-il résigné..
Je sais, moi, que je ne mourrai pas. Mais si cela avait dû être une fatalité, j'aurai eu peur... très peur, je dois me l'avouer.

J'aime passer ma rage sur ceux qui ne peuvent se défendre. C'est quelque chose que l'on m'a appris ; or, je sais faire la part des choses dans mon enseignement.
N'est-ce pas, Petit ?
Ce tigre a peut-être autant de connaissances, d'expérience que moi.
Il est faible. Et vieux.

-Tu voit? C'est quand même pas si difficile.

Si cela peut lui faire plaisir.
Aurai-je capitulé ?
Non. Non, je suis encore un tigre, quoi que je puisse dire, je le serai toujours en partie, mais un homme, jamais ! Je ne ferai pas partie de ces êtres qui vivent cramponnés comme des sangsues au dos des autres ! Qui exploitent les faibles, pataugeant dans la vase de leur médiocrité.
Certes, je tire profit des faibles, mais différemment. C'est cette nuance qui m'illumine !

Je ne renoncerai pas, jamais.

-Eh bien moi, je vais te dire une chose. Écoute bien, mon grand: Je t'envie, non pas à cause de ton apparence -cela, je m'en fou-. Non, j'envie le fait que tu possèdes, et que tu n'es pas le possédé. T'comprends?

Cela n'a pas en moi le moindre écho. Là n'est pas la différence. Tout le monde se possède : on ne peut jamais tout vous prendre... A moins que, dès le départ, vous ne fussiez rien.
Ce tigre aussi, s'il n'aimait pas son "maître", il pourrait parfaitement partir, retrouver ou libérer les siens, que sais-je. Lui a des semblables.
Moi, non, et je me sens terriblement seul.
Personne pour comprendre à quel point je suis Fort.
*
* *

Le Tigre ne peut s'empêcher, toujours, de nuancer ses propos, d'y revenir. Pourtant, il a toujours la sensation de n'énoncer que la Vérité. Il est fou, à sa façon. En lui, le germe de la maladie que l'on a planté il y a si longtemps s'est développé bien plus vite qu'il n'aurait dû.
Ce Tigre Sombre a contribué à apporter son engrais à la jeune pousse ; l'Okin, aussi.
Le Tigre du Nord serait-il schizophrène ? Cela expliquerait-il la monochromie, vision des couleurs en nuance de gris, lorsqu'il souffre à l'extrême ?
Cette Créature est bien plus malade que son semblable. Elle se débat sans savoir dans quelle direction se tourner. Elle a perdu la surface.
Bientôt, elle se sera noyée.
Et alors, que fera le Prince ? Il ira au marché avec trois sous en poche pour acheter le premier tigreau venu et s'en faire un parfait chien ?
Kasen est unique, Tigre Princier, par là-même irremplaçable. Pourtant, que vaudrait-il s'il perdait l'esprit ?
A coté de lui, une Bête travaille savamment à le rendre fou. Tout n'est plus que question de temps.
Et lui, Crétin, comme il aime à appeler le Prince, il ricane en écho à son Bourreau.
*
* *

Il y a des choses qui effraient tant, que l'on en meurt, d'autres qui sont capables de transformer en statue pour l'éternité. L'on racontait que, dans les landes, des Fées Anciennes étaient apparues à des humains...
Le Prince se montrait maître parfait d'un corps tremblant, lorsque la main royale s'abattit sur son poignet. Le Prince tendit ses muscles qui frissonnaient, s'apprêta à résister... Pourtant, non, le suzerain ne l'achèva pas.

-Mes salutations Souverains, on a appelé mon humble personne pour soigner ce jeune homme..


Quelque chose s'approcha. Cela était blanc... Un bout d'humain, obséquieux au possible... Apez eut un haut-le-cœur, à l'instant même ou l'Autre le lâchait.
Sur un ton nasillard, pincé, la chose en blanc parla :

«Vous m'apporterez Oliatram aussi.»

Oliatram... Le Tigre mutilé ? Qu'avait fait Kasen ? Finalement, semblait-il, il ne l'avait pas tué... Il ne pouvait pas avoir perdu, pourtant.. Non, le Tigre du Nord avait épargné sa proie, pour une raison ou une autre.
Dans l'état psychologique dans lequel le Prince se trouvait, il eut bien mieux valut qu'il ne pensa pas à "son" Tigre. Pourtant, il représentait pour lui comme une lueur d'espoir...
Une lame posée sur votre gorge représente-t-elle un espoir lorsque sa présence écarte vos geôliers ?
Apez n'en savait trop rien. Il était mal... Véritablement torturé.. Cela n'avait pas grand-chose à voir avec son état physique ; sa vue brouillée, la douleur, ni non plus sa situation - ou alors, le tout condensé. Non, il s'opérait une sorte de changement dans l'esprit du Prince..
Il voulait réinventer la vérité. Toutes les vérités qui faisaient de lui ce qu'il était ; il ne voulait pas mourir. Il ne mourrait pas. C'était une peur viscérale. Qu'il dise vouloir se sacrifier n'y changerait jamais rien.
Il ne sentit pas le contact des mains expertes du médecin sur son bras, ni la rugosité du bois. A l'intérieur de lui-même, quelque chose se consumait.
- Kasen ! Kasen ! Kaaseeen !
- Le gosse.
- Kasen.
- Ferme-là, je viens. Tu pues l'elfe de lune.
- Si vous venez, je vous tuerais.
- ...
- Ne venez pas.
- Je viens quand même, Crééétin !
- Je ne serais plus là.
- Comment ?
- Vous devez me reconduire chez les hommes, au plus vite.
- Tu me sous-estime, gamin, tu me sous-estime beaucoup.......
- Je vous ordonne de...

-Maintenant, va-t-en. Tu devrais être capable de fuir.
Le regard vitreux que l'enfant posa sur l'homme était significatif. Il semblait ne plus vouloir se battre.
Pourtant, quelque chose bougeait en lui, et le poussa presque contre son gré vers la fenêtre. Il n'entendit pas la porte qui se refermait sur le condamné.
S'il sautait, maintenant, il tomberait dans les douves.
Il sauta.
*
* *

-Ton Prince va être sain et sauf...Ou peut-être juste Sauf, en fait.

Un bruit d'eau creva le silence de la nuit, conférant un écho divinatoire aux paroles du Tigre. L'autre se retourna lentement. Il reconnaissait le bruit de cette chute entre mille. Le bruit d'un petit corps qui tombe dans l'eau.. de très haut.

- Fais ce que tu veux. Je récupère mon jouet...

Kasen appuya ce dernier avec une réjouissance non dissimulée. C'est ce qu'il faisait, il jouait avec sa vie, et avec celle des autres.
D'un bond, il amorça le chemin. Il courait beaucoup plus vite que précédemment ; quelque chose semblait lui indiquait qu'on le guettait..
Il n'avait pas tort ; un peu plus haut, le Roi venait de s'infiltrer dans ce monde qui n'était pas le sien, le monde extérieur, nocturne.

_________________
~ Pez ; admin et créateur du site ~

500 Wallas ~ Manie la rapière ~ En savoir plus ?
Aps & Kasen

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   Mar 30 Déc - 22:16

[HRPG: Je te laisserais conclure ce rp, sa te va ^^ ? ]

Je suis un imbécile.

Je l'ai perdu, j'ai perdu ma chance, et maintenant je met mon royaume en danger. Si la Reine est informée de la capture du Prince alors que c'est faux, que du trouble pour rien.

J'espère qu'un assassin viendra m'égorger pour m'épargner de cette honte!


Le roi s'était laissé glissé le long du mur du château, écorchant légèrement ses vêtements. La tête presque entre les genous, il pourrissait là, se morfondant dans ses pensés. Pourquoi était-il partit? Il aurait pu garder un oeil sur le gamin. Mais maintenant, s'était trop tard, d'autant plus qu'il entendait ces éclaboussures significatives. Petit Médecin, attend toi à sentir la moisissure du cachot pour longtemps. Il jette un regard sans intérêt vers sa gauche. De loin, il peut voir son tigre, Oliatram : le roi, donc, se lève.

Oliatram lance un regard désintéressé vers lui. Les membres tremblant et le corps ensanglanté, il se dirige piteusement vers son maître. Il n'a pas trop le choix, de toute façon: c'est de revenir à ses pied ou mourir.

-À la prochaine, Quacenne.

Sa voix se faisait étrange, cette fois sans voile, sans politesse ni fausse personnalité. Sa queue se tortillait au rythme de sa marche, ses oreilles étaient droite devant lui. Le tigre avait une attitude étonnamment différente.

«Cher Quacenne. Laisse moi t'expliquer qui nous sommes,
Nous, tigres d'Akkavar.
Contrairement à se que je t'ai laissé entendre, nous ne sommes que de pauvres carcasses dépourvues d'âme et d'esprit, privés de sens du jugement. Celui-ci nous a été volé il y a trop longtemps pour qu'il nous en reste des miettes. Nous ne sommes que des bêtes, des vraies, ou peut-être des fausses..Nous ne sommes plus des tigres, ou peut-être que oui. Nous ne sommes pas des hommes, mais pourquoi le contraire serait faux? Tu peux voir à travers mes yeux comme nous ne sommes rien.
La seule personnalité qu'il nous ait donnée, c'est celle de la personne, de l'interlocuteur, celui qui se trouve devant nous. En se cas s'était toi. Tu es monstrueux, bête, la rage aux dents. J'ai été de même, malgré le fait que je ne serai capable de devenir toi. Nous sommes trop différent, mais cela, tu le sais bien.
Nous ne sommes que de pauvre miroir destinés à vivre à la façon de celui dont nous sommes le reflet. Quand le roi est là, je suis Digne, je contiens mes fureurs en moi. Quand les servantes sont là, je suis soumis, malgré cette frustration qui pourris au fond de mon coeur.
Tu comprends?
Nous sommes des illusions, nous sommes le reflet dans l'eau: éphémères, nous prenons la forme de se qui nous contient...
Maintenant je quitte ton monde pour rejoindre celui de mon Roi. Il est plus confortable, et surtout, moins fatiguant.
La puissance a ses conséquences. J'aurais préféré n'être qu'un faible tigreau pour le reste de mon existence pourris. Parfois, je voudrais mourir, mais ils ne m'en donneront jamais le droit..
Ils n'arrêtent pas de me réparer!
Je suis leur vide poupée. »

Oliatram marche tête basse, traversant les barreaux de l'arrière-cour sans problème. Il entrait le château puis ressortait de celui-ci par la même porte que le Souverain, en croisant au passage le Médecin. Le Roi le voit, mais ne fait pas de grandes cérémonies. Il est à fleur de peau, et l'Akkavariens devras se faire bon acteur. Ferraa parle durement, sourcils froncés. Il assis sur le sol froid d'un balcon couvert des dernières feuilles, l'hiver ayant achevés la couverture végétale des arbres pour de bon.

-Pourquoi n'as-tu pas tué l'autre tigre?

Oliatram lance un petit regard de chien piteux, ses pattes tremblotantes. «L'autre Tigre avait l'Okin, tu vas me le donner à moi aussi?»
-Rentrons, qu'on te guérisse.
«Bon dieu non, laisse moi crever tant qu'à y être!»

Le Roi tira Oliatram par le collier, cette même chaîne qui lui pénétrait la peau. Par précaution, il le musela de nouveau. Les Tigres blessés sont souvent plus agressifs, voulant défendre leur peau. Atram ne s'y opposa pas. «De toute façon je n'ai pas vraiment le choix».
Le duo rentrait dans le château. Des servant venaient vers eux, offrant gourmandises, alcool et autres au Roi. Coupe à la main, les yeux toujours tournés droit devant lui, il s'adressait directement à sa Céleste monture.

-Faisons un voeux ensemble, Oliatram. Souhaitons que le messager ne se rende pas à la Cité des Hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Céleste Monture Qu'est le Tigre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Céleste Monture Qu'est le Tigre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Monture sang-froid et homme lézard
» Renom et Wanted du tigre marin !
» [Quartier Uchiha] Domaine du Tigre
» monture monstrueuse
» Besoin en nourriture d'une monture.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tigre de Magie :: Donnez vie à votre tigre ! [Partie Rp] :: Fort inconnu ¤ Elfes Sombres ¤-
Sauter vers: